Présidentielle 2022 : L’URD : Consensus ou implosion ?

Le 21 août dernier, le bureau exécutif de l’URD a tenu une réunion extraordinaire. Cette rencontre attendue par les militants avait pour objet de discuter et de prendre des mesures en vue de l’organisation d’une Conférence nationale du parti. Les camarades de Soumaïla Cissé ont également échangé sur les critères et le de mode de désignation des candidats à la candidature du parti à l’élection présidentielle de 2022. Au sein de l’URD, la guerre des tranchées entre les probables candidats a déjà commencé. Le parti de « Soumi Champion » s’achemine-t-il vers une implosion ? Ou ses responsables arriveront-ils à faire preuve de sagesse et de responsabilité pour trouver un consensus ?

Lors de la réunion du BEN, le président par intérim, Pr Salikou Sanogo a surtout tenté d’apaiser les esprits en insistant sur le rassemblement dans les rangs de sa formation politique. Car cette rencontre extraordinaire du Bureau National (BN) intervient dans un contexte houleux au sein de ce parti qui jusqu’ici avait brillé par sa stabilité et son unité. Mais aujourd’hui, certains responsables et militants du parti donnent de la voix, à travers une pétition, pour réclamer la tenue d’une Conférence nationale extraordinaire. Les pétitionnaires réclament un remembrement de la direction du parti. Mais, ils sont soupçonnés d’avoir d’autres motivations et surtout d’être à la solde d’un futur candidat, à savoir Boubou Cissé, ancien Premier d’IBK qui vient de débarquer à l’URD.

Au-delà la triste réalité de l’URD après Soumaïla Cissé est là. Des clans et/ou groupes d’intérêts se sont constitués autour de certains responsables anciens ou nouveaux qui aspirent à la candidature du parti pour la prochaine présidentielle. Déjà, 5 ou 6 probables candidats sont annoncés.

Au finish, la réunion extraordinaire du BN a décidé de la tenue d’une Conférence nationale ordinaire statutaire le 23 octobre 2021. Aussi, il a été décidé de procéder à un appel à candidature pour la présidentielle. A cet effet, une commission sera mise en place. Cette commission (composée de toutes les tendances) aura pour tâche de réfléchir sur les critères, qui seront ensuite soumis pour validation à la direction du parti. Cette même commission est appelée à tenir compte des procédures établies par les textes du parti. Mais cela suffira-t-il à éviter l’implosion du parti ? L’URD saura-t-elle faire l’union sacrée autour d’un seul candidat ?

Pour l’instant, le parti de Soumaïla Cissé est à la croisée des chemins et son unité est fortement menacée à cause des ambitions affichées ou voilées de certains responsables qui ont mis aux enchères l’héritage du fondateur du parti après de sa disparition.

Mémé Sanogo

Source : L’Aube