Tensions à Kaolack, Diboli et Kayes : le SYNACOR suspend le trafic Mali-Sénégal

Le Syndicat national des chauffeurs et conducteurs routiers du Mali (SYNACOR) a suspendu le trafic Mali-Sénégal sans pourtant fixer une date de reprise. Cette décision intervient après l’accident tragique qui a causé ce week-end à Kaolack la mort de 4 personnes. Les responsables du syndicat justifient cette décision par la sécurité de leurs membres. De son côté, le ministère malien du transport et des infrastructures dément les allégations selon lesquelles le ministère a dans un communiqué autorisé la suspension du trafic entre les deux pays.

Pour le syndicat national des chauffeurs et conducteurs routiers du Mali cette suspension de trafic ne concerne que les gros porteurs et cars de transport et n’engage que les conducteurs routiers membres du regroupement. « Nous avons pris notre responsabilité et on a décrété un arrêt de travail. A kaolack on a appris qu’ on peut faire venir les camions qui sont chargés, mais une fois à l’entrée de la ville ils seront escortés par la police. cette situation ne nous rassure pas », expliqueSouleymane Koumaré chargé de communication du SYNACOR. Il poursuit en affirmant qu’ « il faut qu’on nous dise quelque chose, car ce n’est pas la première fois que ce genre de problème survient entre les deux pays ».

De son coté le syndicat national des chauffeurs et conducteurs routiers du Mali prône le dialogue entre les deux pays.Il invite les responsables des deux pays à intensifier la carte de l’apaisement. « Il faut que les deux pays s’asseyent pour discuter et que chaque pays mette sa population devant les faits ».

Cependant des économistes soutiennent que les conséquences de cette suspension de trafic entre les deux pays seront incalculables tant sur l’économie du pays que sur les populations. « Le port de Dakar a un rôle vital pour l’économie sénégalaise et malienne. Sur trois exportations et importations, deux passent par leSénégal. Le Mali étant un pays enclavé, les deux pays sont interdépendants », souligne Modibo Mao Macalou, économiste

Toutefois certaines sources jointes à Kaolack au Sénégal affirment que le trafic a repris ce lundi 16 août entre les deux pays après une suspension d’une journée pour des mesures de sécurité. Du côté de Dakar, on rassure également qu’une enquête est ouverte et les auteurs seront traduits devant la justice.

Source : Studio Tamani