Ces opportunistes autour de Boubou : de grâce, respectez la mémoire de Soumi !

C’est en grande pompe que l’ancien Premier ministre, Dr. Boubou Cissé, a été accueilli le 7 août 2021 dans la Venise du Mali (Mopti) par des militants du parti de feu Soumaïla Cissé, Union pour la République et la Démocratie (URD), à l’occasion de la conférence régionale du parti. Sans surprise, il a eu son mot à dire devant de nombreux cadres du parti, particulièrement des membres du bureau politique national.

«J’ai choisi l’URD, car c’est un parti d’ouverture et de rassemblement », a déclaré l’ancien Premier ministre. Vu l’accueil qui lui a été réservé et l’honneur qui lui a été également fait, l’on peut se permettre de dire que moins de deux mois après son adhésion au parti de Soumi champion, il s’intègre et même se positionne. La preuve : il a été désigné citoyen d’honneur de la région de Mopti par des militants de sa nouvelle formation politique.

De toutes les façons, le moins que l’on puisse dire ou retenir, c’est qu’il va trop visite. Mais quoi qu’il en soit, il n’a rien à perdre politiquement. Puisque son souci, ce n’est pas en réalité d’accéder l’année prochaine à la magistrature suprême. Mais juste de former une force politique autour de lui pour pouvoir être à l’abri du prochain régime qui pourrait ouvrir plusieurs dossiers relatifs à la gestion de l’ancien président, Ibrahim Boubacar Keita, au moment où il fut l’homme le plus puissant du pays pendant au moins cinq ans en tant que ministre de l’Economie et des Finances, puis Premier ministre et chargé du portefeuille de l’Economie et des Finances.

Même si Boubou a bien évidemment les moyens de sa politique pour atteindre ses objectifs ou ses ambitions, il faut reconnaître que ces ambitions ne sont pas forcément en faveur de l’URD. Surtout quand l’on sait que depuis son adhésion le 26 juin 2021 à la section de Djenné, les observateurs politiques ne cessent de se poser la question de savoir ce qui se dessine au sein de la famille politique de feu Soumaïla Cissé.

Certes, un parti politique se doit d’être ouvert à tous ceux et à toutes celles qui veulent y adhérer et militer ; certes en politique, militants de première heure et nouveaux militants n’existent pratiquement pas ; mais, les militants intègres, charismatiques, rassembleurs avec une probité morale et intellectuelle, doivent être aussi respectés et récompensés à hauteur de souhait, en vue de cultiver et de promouvoir l’élitisme au sein du parti. Il ne doit pas du tout s’agir de les effacer au profit des chercheurs d’abri, quelqu’en soient les raisons.

Mais pour l’heure, rien n’est encore perdu. Si les barons et les cadres de l’URD veulent réellement honorer la mémoire de leur défunt président, feu Soumaïla Cissé, ils doivent rapidement positionner un candidat rassembleur qui a déjà montré ses preuves au sein du parti. C’est d’ailleurs la seule façon pour la formation politique de garder sa crédibilité et sa notoriété auprès du peuple malien.

Ousmane BALLO

Source : Ziré