Examen de CAP : les enseignants du privé sollicités avec le boycott des enseignants du public

Les examens du Certificat d’Aptitude Professionnelle (CAP) ont démarré hier lundi 26 07 2021 sur toute l’entendue du territoire national. À la rive gauche comme à la rive droite de Bamako, les présidents de centre affirment n’avoir rencontré aucune difficulté majeure. Selon eux, les académies ont pris de l’avance avec le mot d’ordre de rétention annoncé par les enseignants. Les enseignants des écoles privées ont été choisis pour surveiller, ajoutent-ils.

Plomberie sanitaire, dessin bâtiment, comptabilité et électricité sont entre-autres matières traitées lundi 26 juillet par les candidats au Certificat d’Aptitude Professionnelle. Malgré le boycott des enseignants signataires du 15 octobre 2016, les présidents de centre rencontrés par Studio Tamani à la rive gauche soulignent qu’aucun problème n’a été signalé. « Tout s’est bien déroulé, il n’y a eu aucun obstacle », précise Moussa Guindo, président du centre de l’École Centrale pour l’Industrie le Commerce et l’Administration (ECICA).

Même constat à la rive droite de Bamako. Selon Arouna N’diaye, président du centre au lycée Kankou Moussa, la majeure partie des surveillants venaient des établissements privés. « Nous avons pris des dispositions pour ceux qui étaient absents pour la surveillance », souligne-t-il.

A l’intérieur du pays, de Kayes à Tombouctou et Ansongo en passant par Kati, Koutiala et San, les épreuves se sont déroulées dans la quiétude aussi, rapportent des sources locales. Mais cela en l’absence des enseignants signataires du 15 octobre 2016 qui respectent ainsi leur mot d’ordre de boycott de tous les examens.

À Kayes, le coup d’envoi des épreuves du Certificat d’aptitude professionnelle (CAP) a été donné par les autorités locales. L’Académie d’enseignement de Kayes compte 493 candidats (Industrie-Tertiaire) repartis entre 3 centres dont 1 à Kénieba. Selon le représentant du gouverneur et le DAE, aucun incident n’est à signaler.

781 candidats sont répartis entre 5 centres dont 2 à San, 1 à Tominian, 1 à Kimparana, et 1 autre à Bla. Selon le directeur de l’Académie locale, les épreuves sont surveillées par les enseignants des écoles privées de la localité à cause du refus des enseignants de la Synergie.

À Segou, le gouverneur de la région accompagné par les autorités scolaires et parents d’élèves a visité certains centres d’examen pour constater le bon déroulement des épreuves. Plus de 1815 candidats dont 955 filles prennent part à cet examen. Plus de 1200 candidats de l’Académie d’enseignement de Koutiala parmi lesquels 701 candidats libres vont concourir pour ces examens.

Au nord à Tombouctou, ce sont 344 candidats dont 160 filles répartis entre le centre de Diré et Tombouctou. Malgré le respect de boycott des examens annoncé par les syndicats des enseignants de la 6ème région, les autorités régionales annoncent avoir pris toutes les dispositions pour la sécurisation des examens dans la région. Dans la région de Gao, 10 candidats composent à Ansongo. Les autorités scolaires affirment que les examens se déroulent bien et la sécurité est assurée.

Les enseignants signataires du 15 octobre 2016 ayant boycotté ces examens, viennent de déposer un préavis de grève de 12 jours qui entre en vigueur le 09 août prochain.

Source: Studio Tamani