Mali: l’Imam Mahmoud Dicko décoré

Comme annoncé, l’Imam Mahmoud Dicko a réussi deux hautes distinctions ce 30 Mars 2021 à Bamako. Il s’agit d’abord d’une distinction honorifique de l’Organisation mondiale des droits de l’homme « UNIVERSAL HUMAN RIGHTS  » et celle du Centre Islamique Arabo-Africain. Le premier l’a décoré en tant qu’artisan de la paix et le second pour son parcours religieux.

Ce sont donc deux distinctions honorifiques qui ont été décernées, ce Mardi 30 Mars 2021, à l’Imam Mahmoud Dicko au Mémorial Modibo Keita de Bamako. Il s’agit de la haute distinction de l’Organisation Mondiale des Droits de l’homme en tant qu’acteur de la paix pour l’année 2020 en Afrique de l’Ouest et le diplôme de Doctorat à titre honorifique offert par Centre Islamique Arabo-Africain.

Ces deux titres font désormais de Dicko non seulement la personnalité de l’année 2020 en Afrique de l’ouest, mais surtout le placent dans le rang de docteur dans le domaine de l’islam. Pour la circonstance, d’éminentes personnalités ont pris part à la cérémonie. Il s’agit notamment du Docteur Ali Khalil Akil, Secrétaire général de l’Organisation Mondiale des Droits de l’Homme;  du Docteur Cheick Anine Jaafar AI Sayegh, président Directeur Général du Centre Islamique Arabo-Africain, Représentant en Afrique de l’Ouest de l’Organisation Mondiale des Droits de L’homme; du Professeur Cheick LEGRE Yaya, président du Conseil National Exécutif de la Confédération des Associations, Organisations et Conseils Islamiques de Côte d’Ivoire. Ainsi, sur une longue liste de 115 personnalités politiques, socio-politiques et religieuses présélectionnées en Afrique de l’Ouest en 2020, l’Imam Dicko sort vainqueur des votes du Jury

«Je me réjouis, mais je ne suis pas fier»

Prenant la parole, le désormais Docteur Cheich Imam Mahmoud Dicko s’est dit content du trophée, fruit d’un courage hors pair. Cependant, il reste déçu de la situation dans laquelle son pays se trouve. «Je dédie cette récompense à la jeunesse martyr. C’est vous qui méritez, pas moi. Je me réjouis de tout ce qui a été fait, mais je ne suis pas fier de ce qui se passe aujourd’hui. Je ne peux pas être fier si les questions de l’intégrité de mon pays sont discutées dans les salons d’une chancellerie étrangère. Je ne peux pas être fier si 80% du territoire de mon pays n’est pas sous contrôle de l’État », souligne-t-il.

L’Imam a, une fois de plus, appelé le peuple malien à rester debout sur les remparts. «Nous sommes un peuple debout et non résigné. Donc, nous n’accepterons pas qu’on nous impose une vision contraire à nos valeurs. Nous sommes dans une époque où les guerres ne résolvent rien, mais il faut la puissance de l’intelligence. Nous sommes à une époque où ce n’est pas la puissance du feu qui gagnera, mais la puissance de l’esprit. Nous devrons nous mettre ensemble. L’étau se resserre contre nous, le temps joue contre nous. Nous n’avons plus de temps à perdre. Il faut dépasser les détails et aller à l’essentiel.  Nous avons l’obligation de se mettre ensemble et résister. Je dis bien : résister», rappelle-t-il.

Amadou Kodio/Afrikinfos-Mali