Mali : début des activités de la commission nationale des négociations commerciales

Le Grand Hôtel de Bamako, a abrité les travaux de la Commission nationale de négociations commerciales au titre du premier trimestre 2021, le 11 mars 2021. Le ton de ces travaux a été donné par le Conseiller Technique du Ministère de l’industrie, du Commerce et de la promotion des investissements, Boubacar Ballo, Représentant du Ministre de tutelle. Les travaux ont été menés par des Experts et autres praticiens du domaine du commerce et de l’industrie, sous la conduite du Directeur Général du Commerce, de la Consommation et de la Concurrence, Boudacary Doumbia.

Pendant deux jours (11 et 12 mars 2021), experts et autres praticiens du domaine du commerce et de l’industrie (publics et privés), se sont penchés sur les accords commerciaux qui lient le Mali avec le reste du monde.

Selon le Conseiller Technique du Ministère de l’industrie, du Commerce et de la promotion des investissements, Boubacar Ballo, qui a donné le ton des travaux, « les participants vont débattre de : la zone de libre-échange continental africain entrée dans sa phase opérationnelle, depuis le 1er janvier 2021; les sujets à négociations au sein de l’Organisation Mondiale du Commerce (OMC) qui s’inscrivent dans le cadre des négociations du cycle de loi lancé en novembre 2020; l’accord de partenariat économique entre les Etats de l’Afrique de l’ouest et l’Union européenne ».

Ensuite, il a rassuré : « Tout au long de ces travaux, vous aurez des experts bien informés sur toutes ces négociations en cours, tant sur le plan international et sur le plan continental africain et répondront à toutes les interrogations ».

En se focalisant sur l’objet de la session, le Directeur Général du Commerce, de la Consommation et de la Concurrence, Boudacary Doumbia quant à lui a expliqué : « Cette session se tient en application des dispositions du décret portant création de la Commission nationale des négociations. La Commission Nationale des négociations a pour objet de conseiller le Gouvernement sur l’issue, les préparatifs et la mise en œuvre des accords commerciaux et des négociations commerciales de façon générale. Donc, au titre de 2021, et comme les sessions se tiennent de façon trimestrielle, celle d’aujourd’hui est organisée dans le cadre du respect du calendrier fixé par le décret. Le Commerce international est transversal. Donc, ça touche à l’ensemble des domaines d’activités du pays. Tout le monde doit donner son avis par rapport aux questions qui sont en discussion au niveau de ces instances continentales, multilatérales au sein de l’OMC et avec l’Union européenne ».

Le Rôle du ministère de tutelle

Le ministère assure la coordination nationale. «Notre premier rôle, c’est d’organiser tous les acteurs afin de dégager la position nationale. Mais également de conseiller le gouvernement sur les politiques et programmes à mettre en œuvre pour accompagner le secteur privé afin qu’il puisse tirer profit du marché unique africain et du marché international sont les négociations sont menées au sein de l’OMC »,a précisé le Conseiller Technique, M. Boubacar Ballo.

Notre message, avance-t-il, est de dire au secteur privé d’être plus entreprenant. «Parce que la concurrence va être très rude. C’est maintenant un marché africain de plus d’un milliard deux cents millions de consommateurs. Il faut réfléchir maintenant en termes de marché africain et non pas seulement en termes de marché L’UEMOA et de la CEDEAO. Nous leurs donnons l’assurance que le gouvernement jouera toute sa partition »,souligne-t-il.

Pépin Narcisse LOTI / Afrikinfos-Mali