Mali : la Compagnie NAMA forme des jeunes au métier du marionnettiste

La Compagnie NAMA, basée à Magnambougou, a bouclé une formation d’un mois, de 16 jeunes, venant de Ségou et de Mopti, en fabrication et manipulation de Marionnettes géantes, le 1erfévrier 2021, à son siège, sise Magnambougou. La cérémonie de clôture a été magnifiée par une présentation de Marionnettes toute catégorie, fruits du travail de ces 16 jeunes, après un mois d’apprentissage.

 Le Directeur de la Compagnie NAMA, Yacouba Nagassouba, a tenu à remercier chaleureusement, tout ceux qui ont contribué de près ou de loin,  à la réussite de ce projet. « C’est avec un sentiment de satisfaction et de reconnaissance que je vous accueille aujourd’hui dans l’atelier de la Compagnie NAMA, Compagnie de marionnettes que j’ai créée, il y’a de cela 10 ans. Les jeunes maliens représentent une forte proportion des personnes qui subissent les effets du conflit armé. Qu’ils soient privé de l’accès à l’éducation, aux services sociaux de base ou de perspectives économiques est fortement préjudiciable à l’instauration d’une paix durable et de la réconciliation », souligne-t-il.

Pour le Directeur de la Compagnie NAMA, Yacouba Nagassouba, deux objectifs principaux ont été recherchés à travers cette formation : Former 16 jeunes (hommes et femmes) des régions de Ségou et de Mopti au métier de marionnettiste pour leur permettre d’avoir une profession ; Créer avec eux un spectacle des marionnettes autour de la thématique « jeunesse et paix ». Ensuite, il a commenté : « Il s’agit par cette action de sensibiliser la société malienne du rôle que les jeunes devraient jouer pour contribuer à l’instauration d’une paix durable, à la justice et à la réconciliation tant nécessaire aujourd’hui au Mali et notamment dans les régions d’origine  de ces jeunes-là ».

Le message que les jeunes marionnettistes ont tenu à faire passer à travers le défilé des marionnettes, était celui de la paix et de  la sécurité au Mali et particulièrement, la paix et la sécurité pour la jeunesse du Mali, sans quoi, toutes initiatives juvéniles seraient vouées à l’échec.

C’est sur le son de tam-tam et percussions de la Compagnie Malick Diarra que les jeunes ont fait défiler les marionnettes qu’ils ont appris à fabriquer, grâce à la Compagnie NAMA. Le son de tam-tam et percussions a fait vibrer aussi bien la foule que les personnalités présentes à la cérémonie.

Il fallait vivre pour sentir toute la joie et l’émotion que cette foule massée a exprimées.

Cette formation a été possible grâce au financement de l’Union européenne.

Pépin Narcisse LOTI / Afrikinfos-Mali