Pour une gestion transparente de la transition : Bah N’Daw refuse le statut de la 1ère Dame pour son épouse 

Il renonce à 50 millions Fcfa de son fonds au profit de Assimi Goïta

Le Président de la Transition, le Colonel Bah N’Daw, vient de donner le bon exemple en vue de la réussite de ses missions. Ainsi, il a refusé le statut de Première dame pour son épouse et renoncé à 50 millions Fcfa de son fonds au profit du vice-président, le colonel Assimi Goïta. Rappelons que le colonel Bah N’Daw veut faire de la lutte contre la corruption et la délinquance financière, une réalité. C’est pourquoi, il suit de près tous les dossiers d’enquêtes réalisées par les structures de vérifications.   

Je pense que beaucoup de gens se trompent sur la qualité et le leadership du Président de la Transition, Bah N’Daw. Aujourd’hui, il est prêt à tout pour la réussite de cette transition. C’est pour vous que Bah N’Daw veut aller jusqu’au bout des 18 mois. Donc, pas question de démission comme circulaient les rumeurs. Cette question de démission n’a jamais été posée”, nous a confié l’un des proches du Président de la Transition dans un entretien à bâtons rompus. Il s’agissait pour lui de mettre fin aux différentes rumeurs concernant une probable démission de Bah N’Daw suite à la fuite de son discours à la nation et surtout qu’il avait été testé positif de Covid 19.

Sur ce dernier cas, notre source précise que : “le Président de la Transition n’a jamais été testé positif à la Covid 19. D’ailleurs, son test s’est avéré négatif. C’est tout. Comme il y a eu des cas positifs à Koulouba, le Président a finalement préféré travailler chez lui, à la maison, en attendant. C’est pourquoi, il a repris service depuis le lundi. Dieu merci, tout va bien”.

S’agissant de l’affaire de la fuite du discours à la nation du Président Bah N’Daw, il nous est revenu que toute la lumière sera faite afin de situer la responsabilité. “Et nous sommes prêts à mettre tous les moyens pour cela puisque ce qui s’est passé est très grave. Il faudra que les fautifs soient sanctionnés. Et nous sommes dans cette logique”, précise notre interlocuteur.

Comme vous le savez très bien, l’épouse de Bah N’Daw mérite le statut de Première Dame. Comme il fallait s’y attendre, ce statut a été catégoriquement refusé par Bah N’Daw. Tout cela afin d’éviter que son épouse ou sa famille ne soient impliqués dans les affaires publiques. C’est pourquoi, l’épouse du Président de la Transition n’est jamais apparue publiquement à ses côtés. “Qui pouvait imaginer qu’un Président peut refuser une telle opportunité ? Pourtant, Bah N’Daw l’a fait sans arrière-pensée. Son épouse est à la maison, mais n’est impliquée à rien. C’est pour vous dire qu’elle ne bénéficie de rien de l’Etat. Aucun avantage. Elle ne voyage pas avec son époux”, précise notre source.

Notons que le Mali a connu six Premières Dames de 1960 à nos jours. Il s’agit de Mme Kéïta Mariam Travélé (épouse de feu Modibo Kéïta) Mme Traoré Mariam Cissoko (Epouse de feu le Général Moussa Traoré) Mme Adam Ba Konaré (Epouse du Président Alpha Oumar Konaré)  Mme Touré Lobbo Traoré (Epouse de feu le Général Amadou Toumani Touré) et Mme Traoré Mintou Doucouré (Epouse du Professeur Dioncounda Traoré). Sans oublier Mme Kéïta Aminata Maïga (Epouse de Ibrahim Boubacar Kéïta).

Sur la question de 150 millions Fcfa de fonds de souveraineté accordés au Président de la République par mois, le Président Bah N’Daw a estimé que cette enveloppe est trop pour lui. Voilà, pourquoi, il a dû renoncer à 50 millions de Fcfa du montant de ce fonds au profit du vice-président, le colonel Assimi Goïta. “En fait, aucun texte ne prévoit pour le vice-président. Voilà pourquoi, le Président de la Transition a renoncé à 50 millions Fcfa de son fonds au profit de Assimi Goïta. C’est pour vous dire que le Président de la Transition touche 100 millions Fcfa et non 150 millions Fcfa” dira notre source. Avant de préciser : “Le Président de la Transition a également décidé de diminuer le train de vie des membres du gouvernement pendant les 18 mois”.

En ce qui concerne la lutte contre la corruption et la délinquance financière, le Président Bah NDaw veut aller jusqu’au bout. “Une Transition ne saurait tout faire. Elle doit se donner des priorités. L’argent public est sacré et je ferai en sorte qu’il soit dépensé, de manière traçable et raisonnable.

Je ne peux pas promettre zéro corruption mais je ferai tout pour que l’impunité zéro soit la norme. La bonne gestion de nos ressources, de nos maigres ressources est, en effet, une obligation. Ce sera là un chantier de la Transition.

Tous les dossiers d’enquêtes réalisées par nos structures de vérification seront transférés au juge, au besoin. Il m’appartiendra de garantir à la justice les moyens de diligenter leur traitement”. Parole du Président Bah NDaw lors de son investiture, le 25 septembre dernier.                            

El Hadj A.B. HAIDARA

Source: Aujourd’hui-Mali