Journée Mondiale de l’Enseignant : le Collectif des Braves Enseignantes du Mali au cœur de l’événement

à la une Actualités Au Mali éducation Flash infos Infos en continus

La Journée mondiale de l’Enseignant est célébrée chaque année, le 5 octobre à travers le monde. L’initiative consiste à saluer et à reconnaître les efforts du personnel enseignant dans la formation socio-professionnelle des enfants. Ainsi, le Collectif des Braves Enseignantes du Mali (CBEM) a profité de cette occasion pour mener des plaidoyers en vue de l’amélioration des conditions de travail et de vie de l’ensemble des enseignants au Mali. C’était le 5 octobre 2020 au cours d’une conférence-débat tenue au groupe scolaire Mamadou Kounta, sis à Kalaban-coro sur le thème : « Le rôle des enseignants dans la résolution de la crise scolaire au Mali ».

Plusieurs responsables étaient présents à cette cérémonie. Du sous-préfet de Kati, au maire de Kalaban-coro, en passant par les directeurs des académies de Kati, ceux des Rives droite et gauche de Bamako, tous étaient présents. Des associations et organisations syndicales aussi n’ont pas manqué l’occasion.

Dans son discours, la présidente du CBEM, Mme Kady Kourouma, a tout d’abord salué le courage de ses collègues enseignants qui ont eu une année scolaire difficile compte tenu de la crise scolaire. Parlant des conditions de travail des enseignants, la présidente du collectif estime que l’enseignant malien est loin d’être dans les meilleures conditions. « Je demande aux autorités et à tous nos partenaires de revoir les conditions dans lesquelles les enseignants travaillent. En plus, de doter le circuit scolaire d’infrastructures de qualité pour le bien-être de tout le monde. Si nous négligeons ce secteur, ça veut dire que nous ignorons ce qui est la priorité pour le développement d’un pays. L’enseignant est au début et à la fin de tout développement »,souligne-t-elle.

Tout comme elle, Moussa Touré, professeur d’enseignement normal, encadreur au CAP de Faladié déplore la marginalisation des enseignants fonctionnaires de collectivités territoriales. «Je crois que cette Journée est une bonne occasion pour parler de certaines choses. Pour ça, je remercie le CBEM. Je vais dire qu’aujourd’hui, il y a un problème de retard crucial dans le traitement des salaires des enseignants fonctionnaires des collectivités contrairement aux autres fonctionnaires et cela n’est pas bien. Nous voulons que les nouvelles autorités prennent cette question au sérieux, car il s’agit de l’égalité entre les travailleurs du Mali »,ajoute-t-il.

Pour le maire de la commune rurale de Kalaban-coro, Thikoura Amadoun Diarra, la meilleure richesse qu’un pays, c’est d’abord ses intellectuels. Ainsi, il invite les autorités compétentes à valoriser le secteur de l’éducation afin de doter le Mali d’hommes et de femmes formés capables de relever le défi à tous les niveaux.

Au-delà des débats, des discours pointus, élogieux et pleins de messages, la Journée de l’enseignant organisée par le Collectif des Braves femmes Enseignantes du Mali a été une grande fête avec des prestations d’artistes.

Faut-il rappeler que le Collectif des Braves Enseignantes du Mali (CBEM) est une association non syndicale apolitique, et à but non lucratif. Elle a été créée en mars 2020 à Bamako avec pour objectif principal de rehausser le leadership féminin au sein des enseignants et en milieu scolaire afin de donner à l’école malienne toutes ses lettres de noblesse.

Amadou Kodio

Source : Ziré