Reprise des cours : des écoles privées anticipent, les enseignants maintiennent leur grève

Certaines écoles privées ont repris les cours au compte de l’année scolaire 2019-2020 ce mardi 1er septembre. Une situation qui intervient après plusieurs mois de fermeture des classes à cause de la maladie à coronavirus et de la grève des enseignants. D’autres écoles se préparent pour le jeudi prochain. Pendant ce temps, les autorités scolaires et les enseignants grévistes peinent à trouver un consensus.

Des établissements privés d’enseignement fondamental ont rouvert les portes aujourd’hui 1er septembre dans le pays. Certes tous les élèves n’ont pas répondu à l’appel du jour. Toutefois les responsables des écoles espèrent que d’ici le 2 septembre, la reprise sera effective. D’ailleurs c’est pour ces raisons qu’ils ont anticipé la date de la réouverture des classes initialement prévue pour demain, précisent-ils.

D’autres établissements du même niveau se préparent pour le jeudi 3 septembre 2020. Pour ces derniers, l’objectif vise à mieux s’organiser et permettre aux élèves d’y être.

Par ailleurs, au niveau de certaines écoles de la place, des élèves ont effectué le déplacement, mais les classes étaient fermées. « Nous attendons une déclaration officielle des autorités pour rouvrir », indiquent des promoteurs d’école fondamentale.

Quant aux écoles publiques, elles restent fermées en attendant un accord entre les enseignants grévistes et le comité national pour le salut du peuple (CNSP). Ces derniers sont en pourparlers depuis lundi.

Si ce mois de septembre marque la date reprise pour certaines écoles, c’est plutôt la rentrée des classes pour d’autres. Il s’agit des établissements scolaires où le système français est appliqué.

Toujours pas de consensus pour la reprise des classes

La rencontre de ce mardi 1er septembre également n’a pas permis d’harmoniser les points de vues pour la reprise des classes au titre l’année scolaire 2019-2020. La junte au pouvoir propose un nouveau calendrier pour l’application l’article 39. « Payer une partie en décembre 2020 et la seconde au mois d’avril 2021 ». Les enseignants grévistes qui ne sont pas de cet avis, ont donc maintenu leur mot d’ordre de grève.

Source: Studio Tamani