Départ du président de la République : Ce que pensent des Maliens

Hier, mardi 18 août 2020, le boulevard de l’Indépendance de Bamako était encore occupé par des centaines de manifestants. Ces gens qui se réclamaient du M5-RFP étaient venus pour manifester leur joie suite aux rumeurs de démission du président de la République par les mutins. Occasion pour certains  citoyens de se prononcer sur la situation.

Mamadou Dramé : « Notre combat vient d’aboutir… »

Je remercie Dieu pour cette victoire. Il y a longtemps que nous étions en train de marcher pour réclamer cette démission du président de la République et de son régime. Nous avons même été considérés comme des aliénés et des malades mentaux  par d’autres personnes. Mais grâce au tout puissant, notre combat vient d’aboutir. Certes le régime d’IBK est parti, mais notre souhait est de voir un nouveau Mali. Nous souhaiterions avoir des autorités qui se soucient de ce pays. On a besoin des gens qui travaillent pour le peuple et non pour eux-mêmes. Au cas où ceux qui viennent au pouvoir agissent de la même manière qu’IBK, nous les ferons partir comme on a ainsi fait partir Ibrahim Boubacar Keita. Vu tout ce qu’on a fait pour l’aboutissement de cette lutte du M5-RFP, je suis sûr qu’il y aura du changement. Cette fois-ci, il faut qu’on ait des gens qui bossent nuit et jour pour le peuple.

Adama Diarra : « Le pays vient d’être libéré  »

Je suis vraiment ravi de cette nouvelle. L’arrestation du président est une bonne chose. Mais je voudrais que le président de la République lâche l’honorable Soumaila Cissé. Je veux qu’il le libère avant qu’il ne quitte son domicile. C’est tout ce que je souhaite. Depuis sept (7) ans, nous, membres de l’URD, avons toujours combattu ce régime. Parce que nous avions su qu’il était incapable de subvenir aux besoins du peuple. Même si on a été tardivement compris par beaucoup de citoyens qui nous ont rejoint maintenant, je pense que le pays vient d’être libéré par cette démission. On remercie les militaires qui ont accepté de se joindre au peuple. Depuis 1960 à nos jours, jamais le pays n’a été plongé dans une telle situation due à la mauvaise gouvernance. Le jour où IBK venait au pouvoir, nous avons espéré qu’il allait être une solution pour le Mali. Désormais, nous resterons débout contre toute personne qui viendra pour détruire ce pays. De façon démocratique, nous comptons désormais chasser du pouvoir tous ceux qui viennent pour défendre leurs propres causes au détriment du peuple.

Alpha Boubacar Cissé : «  Nous avons toujours fait des luttes héroïques »

J’ai un sentiment de soulagement. Je suis très content et ému de voir le peuple manifester ainsi leur joie suite à cette victoire. Cela me rappelle toujours les évènements récents du pays. Les Maliens sont toujours comme ça. Nous avons toujours fait des luttes héroïques pour l’avènement de la démocratie au Mali. Nous nous sommes toujours battus pour qu’il y ait un Etat de droit, et pour que les gens puissent vivre dignement et sincèrement. Nous étions dans un système, celui d’IBK qui avait atteint ses limites. Actuellement, l’Etat n’existe pas. Il y a l’injustice, la corruption, pas d’éducation, rien ne va plus dans ce pays. Par cette mutinerie, les militaires ont vraiment fait leur devoir. Nous sommes satisfaits, et sommes avec les militaires. Certes les indices nous prouvent qu’IBK n’est plus au pouvoir, mais nous voulons être rassurés à travers une déclaration officielle attestant qu’il est réellement parti. On a besoin de ça pour que les gens vaquent à leurs préoccupations. Pas question de recul en arrière, nous voulons que les choses changent dans ce pays. Il nous faut la refondation du Mali. Nous ne voulons pas que le pays tombe dans un chaos. Dès ce mercredi, nous voulons que chacun vaque à ses missions et que le pays trouve le chemin normal. Qu’on nous présente le plan de la transition et les feuilles de route à suivre durant le reste du mandat du démissionnaire IBK.

Modibo Sidibé : « La jeunesse est fière de cette victoire »

La jeunesse est fière de cette victoire. Nous avions lancé un appel aux compatriotes qui nous ont finalement répondu. Depuis ce matin (mardi 18 août), nous étions dans les différents lieux de la ville de Bamako pour mobiliser les gens contre ce régime. Ce soutien de l’armée nationale aux jeunes du pays mérite d’être apprécié par tous. En 1991, ce sont des jeunes maliens qui ont fait des combats pour que la démocratie soit aujourd’hui. Courant cette année 2020, il était de notre devoir aussi de nous tenir debout contre un système de gouvernance. Il l’a fait pour que la génération future vive dans la paix. Nous voulons que ce départ d’IBK confine à un changement profond concernant le mode de gouvernance du Mali. Ce pays appartient à tous, pas à une seule personne qui en fait ce qu’elle veut. Ce combat n’est pas une question de personne, mais une question de la survie du pays. De ce fait, les gens qui sont appelés à prendre le relais doivent comprendre que tous les Maliens sont de la même famille.

Mama Camara : « Nous allons voir si nous mourons tous »

Je suis très satisfaite de cette nouvelle. Je ne sais vraiment pas comment exprimer ce sentiment. Il y a longtemps que les gens disaient que tout le monde meurt lorsque le président de la République démet de ses fonctions. Maintenant que le régime IBK a perdu le contrôle du pays, nous allons voir si nous mourons tous.

Issouf Boré : « Le peuple avait besoin de cette victoire »

C’est du jamais vu, le peuple avait besoin de cette victoire. Vu l’insécurité dans le pays, la corruption et l’inégalité partout au Mali, nous pouvons dire que ce régime avait montré toutes ses limites.IBK avait montré à tous qu’il n’était pas l’homme de la situation. Même si le coup d’Etat est un crime imprescriptible et anti démocratique, on peut dire qu’il a été bien fait d’agir ainsi, vu ce qui se passe dans le pays. Le système du pays fait que des milliers de jeunes diplômés sont assis à la maison sans travail. Ces militaires qui nous ont aidés dans ce travail doivent être remerciés. Je souhaiterais que les autorités de la transition organisent une élection transparente et démocratique permettant au peuple d’élire un bon dirigeant. Un dirigeant  qui veillera sur l’intérêt de tous. Cette fois-ci, il faudra que les Maliens fassent un bon choix. Le Mali est un pays béni, le peuple doit mûrement réfléchir avant de coopter la personne qui dirigera ce pays. Nous avons besoin d’un homme crédible et de confiance qui travaillera pour nos enfants et l’avenir du Mali. Il nous faut cet homme cette fois-ci.

Par Mamadou Diarra

Source: Le Pays