Vague d’arrestations au sein du M5-RFP : Dicko, le seul au-dessus de la loi ?

Bamako a vécu un week-end ensanglanté à l’issue de la troisième manifestation violente du mouvement du 05 juin, Rassemblement des Forces Patriotique (M5-RFP) demandant la démission du président de la République, Ibrahim Boubacar Keita, et de son régime. Cette troisième marche organisée sous le mot d’ordre ‘’la désobéissance civile’’, a provoqué la mort de onze personnes. Plus de 140 personnes ont été aussi blessées et des dégâts matériels très importants enregistrés. Depuis, il y a eu une vague d’arrestations dans le camp du M5-RFP surtout chez les responsables à savoir : Issa Kaou N’Djim, Adama Ben Diarra, l’Imam Oumarou Diarra, Choguel Kokala Maïga et Me Mountaga Tall. Pour le respect du délai de détention provisoire, ils ont été finalement tous relâchés. Mais quid de Mahmoud Dicko ?

Leader religieux, ancien président du Haut Conseil islamique du Mali, parrain de la CMAS et membre fondateur du M5 RFP, l’Imam Mahmoud Dicko est presque le seul à ne pas être inquiété parmi les responsables et commanditaires des actes de vandalisme du vendredi 10 juillet 2020.

Quoi qu’on dise, l’Imam Dicko ne peut en aucun cas se dissocier des actes posés par les militants du M5-RFP. Certes l’ancien proche du régime devenu récemment son bourreau a souvent véhiculé des messages de paix, mais sa responsabilité reste engagé dans cette affaire. Toutefois, certains de ses propos qui circulent encore sur les réseaux sociaux témoignent de la position confuse de l’Imam sur la désobéissance civile. « A chaque fois que les gens veulent passer à la vitesse supérieure, nous les en avons empêchés. Il faut que le président écoute son peuple pour éviter certaines choses, sinon nous avons encore beaucoup d’options », a confié à la presse à quelques jours de la manifestation du 10 juillet. Il faut dire que ces déclarations étaient certainement une manière de prévenir le président de la République, sur des possibles violences et non pour appeler ses militants au calme et à la retenue.

Toutefois, dans son adresse à la nation le samedi 11 juillet 2020, le président de la République a qualifié le M5-RFP de casseurs et de démolisseurs qui ne prendra part à la prochaine composition du gouvernement de consensus. Si IBK a réellement durci le ton contre ceux qu’il qualifie de ‘’bande de casseurs’’, il a aussi assuré que justice sera faite. Mais la seule question que l’on se pose est : pourquoi l’imam Dicko n’a jusqu’ici pas été inquiété?

Mahmoud Dicko fuit sa responsabilité 

Le 10 juillet 2020, l’Imam politicien Mahmoud Dicko n’était pas au rendez-vous du M5 RFP à la place de l’Indépendance. L’autorité morale pour certains et le guide pour d’autres, Mahmoud Dicko, quoi que l’on dise, ne voulait pas porter le chapeau des conséquences d’une désobéissance civile. Bien qu’il soit influent, Dicko, selon plusieurs sources, a toujours eu peur d’être le responsable des violences causées par le M5. Parce que tout simplement il a promis le 17 juin 2020 la non violence à une mission de la CEDEAO en visite dans notre pays.

Ne pouvant pas ou ne voulant pas aller à l’encontre de la volonté des manifestants ce 10 juillet 2020, l’Imam politicien a jugé nécessaire de rester à la maison dans son salon pour constater les faits à travers son petit écran. Un acte courageux ? Certainement non ! Mais malgré cela, n’est-il pas toujours responsable d’une manière de ce qui est arrivé le 10 juillet ? Allez le lui demander !

Amadou Basso

Source : Ziré