En battant l’Angola 1-0, une équipe du Mali déjà qualifiée s’est assurée la première place du groupe E de la Coupe d’Afrique des nations, ce 2 juillet à Ismaïlia. En huitièmes de finale, les Maliens affronteront les Ivoiriens, le 8 juillet à Suez.

Qui dit bonne préparation ne dit pas forcément bons résultats. Et inversement. L’équipe du Mali en a fait une démonstration éclatante en Coupe d’Afrique des nations, ce 2 juillet à Ismaïlia. Les « Aigles », dont le stage avait été perturbé par des menaces de disqualification de la CAN 2019, ont survolé le groupe E. Leur bilan au premier tour : 2 victoires et 1 nul, 6 buts marqués et 2 encaissés.

Au classement, les Maliens finissent ainsi devant des Tunisiens qui s’étaient pourtant imposés en Croatie, chez les vice-champions du monde, lors d’un match amical, quelques jours avant la CAN 2019.

La Côte d’Ivoire dans le viseur

Face à l’Angola, les protégés de Mohamed Magassouba, qui étaient déjà qualifiés en huitièmes de finale, ont une nouvelle fois affiché une certaine maîtrise. Et un sens du spectacle, par intermittence. En témoigne la frappe pure d’Amadou Haïdara, à la 37e minute. Un missile qui a permis à la sélection malienne de prendre l’avantage.

Les Angolais ont bien tenté d’inverser la tendance. Mais Geldson Dala (4e) et Geraldo (6e) ont buté sur un Djigui Diarra, le portier adverse, vigilant. Puis, la défense malienne a fait le dos rond en deuxième période. Les « Palancas Negras », qui étaient présentées comme de potentiels trouble-fêtes en Égypte, sont donc éliminées.

L’équipe du Mali, elle, affrontera celle de Côte d’Ivoire, le 8 juillet à Suez, en huitième de finale de la CAN 2019, pour un derby d’Afrique de l’Ouest qui s’annonce explosif.

CAN 2019 : LES RÉACTIONS APRÈS MALI-ANGOLA

Molla Wagué, défenseur de l’équipe du Mali : « Le contrat est rempli. C’est une grande satisfaction, pour nous, de finir premiers de ce groupe. C’est vrai qu’on a eu des matches compliqués. Mais, globalement, je pense qu’on peut être fiers de nous. […] On arrive à créer du jeu tout en étant bien organisés, même si on traverse parfois des moments plus compliqués. Il va falloir bosser sur la gestion de nos temps forts et de nos temps faibles. Mais il y a eu beaucoup de progression depuis le début de cette CAN. »

Source : RFI