Mme Daou Fatoumata Guindo, Présidente du Comité de normalisation (Conor)

Alors que les préparatifs pour la Coupe d’Afrique des Nations Égypte 2019 (CAN Égypte 2019) sont bien lancés pour toutes les équipes qualifiées à la compétition continentale, à seulement neuf jours du coup d'envoi de cette 32ème édition, le Mali risque une disqualification. C'est en tout cas la menace qui plane sur les Aigles du Mali. Lasse de la crise qui mine la Fédération malienne de football, la Fédération internationale du football (FIFA) pourrait priver la sélection nationale malienne de ce grand rendez-vous continental. L'assemblée générale ordinaire du Comité de normalisation (Conor) prévue ce samedi reste la seule porte de sortie. Au cours de cette rencontre, il s’agira  d’adopter les nouveaux textes régissant la Fédération Malienne de Football (Fémafoot) en vue de la tenue très prochainement de l’Assemblée Générale élective.

Certes, le morceau sera dur à avaler pour les Maliens, mais la menace reste une réalité. La crise que connaît la Fédération malienne de football (Fémafoot) depuis 2013 avec une forte ingérence du pouvoir public serait donc de trop aux yeux de la Fédération internationale du football (FIFA). Le Comité de normalisation (Conor) en place depuis quatre ans n'aura donc rien changé jusqu'ici.

Ainsi, après plusieurs propositions et interventions, la FIFA vient d’envoyer un dernier signal fort aux responsables politiques et sportives du Mali pour trouver un terrain d'entente dès ce samedi, 15 juin 2019 à l'issue d'une assemblée générale qu'’’il ne faut, en aucune manière, rater’’. Sinon, c'est la décision qui aura l’effet d’un séisme, non pas seulement pour le Mali, mais aussi pour cette première CAN à 24 équipes, prévue en Égypte du 21 juin au 19 juillet 2019.

Le Mali, bien que brillamment qualifié sur le terrain (1er du groupe C avec 14 points, sans défaite), est sous la menace d’une disqualification. Ces dernières années, la dernière fois où le Mali a manqué une Coupe d’Afrique des Nations, remonte en 2006. La prochaine sera-t-elle celle de 2019 ? C’est l'assemblée du samedi prochain qui décidera de tout.

En tout cas, la pression est désormais forte sur les membres du Conor. Depuis mars 2017, la Fémafoot est suspendue par la Fifa en raison d’ingérence du pouvoir dans ses affaires. En décembre de la même année, l’instance mondiale de football a décidé de confier les affaires courantes de la Fédération au Comité de normalisation (Conor), dont les missions principales se résument à rédiger de nouveaux statuts pour la Fédération et réorganiser les affaires de football du pays avec l’élection d’un nouveau bureau exécutif.

Ces missions n’ont toujours pas abouti. Le championnat national, par exemple, est toujours à l’arrêt depuis novembre 2017, bien que les tractations avancent pour sa reprise. Aujourd'hui la FIFA adopte comme moyen de pression la disqualification du Mali de toutes les compétitions internationales de football et cela pourrait commencer par la CAN 2019, si l'assemblée de ce samedi échouait.

Amadou Basso

Source: Ziré-Hebdo