Dominé ces dernières années par l'Espagne, le football européen connaît désormais un nouveau dominateur. Il s'agit bien du pays qui l'a inventé en l'occurrence, l'Angleterre. Le retour de cette grande nation de football sur le toit de l'Europe se confirme par une domination offensive des clubs anglais dans les plus grandes compétitions européennes cette saison, notamment en Champions league et en Europa league où quatre clubs anglais vont se disputer les deux finales. Il s’agit de Liverpool-Tottenam en Ligue des Champions et d'Arsenal-Chelsea en Europa league, donc 100% anglais.

Elle était bien prévisible, cette performance tonitruante des clubs anglais cette année dans les compétitions européennes. Puisque depuis trois ans, au moins un club anglais a frôlé le dernier carré que ça soit en Ligue des Champions où en coupe UEFA. Cette année, ce sont bien les clubs anglais qui ont été en vedette en se qualifiant pour les deux finales (Champions League et Europa League) prévues respectivement le 29 mai et le 01 juin 2019.

Comment en est-on arrivé là?

Il y a des faits qui ne trompent jamais. L'Angleterre a toujours été une nation de football. Le Manchester United de Sir Alex Ferguson a d'ailleurs dominé  l'Europe entre 1990 et 2008, comme Liverpool et Arsenal qui sont restés pendant très longtemps dans la cour des grands. Mais depuis 2010, la performance des clubs anglais sur la scène européenne était en dent de scie. Il fallait une révolution et elle semble avoir lieu. Même si cela est arrivé  bien après la période creuse de 2008 à 2015. Mais cette nouvelle révolution du football anglais a une autre histoire. 

L'arrivée de nouveaux investisseurs!

Pour retrouver leurs succès d'antan, les clubs anglais avaient besoin de moyens financiers pour attirer les grands joueurs  et les plus grands entraîneurs du monde. C'est ainsi que vers la saison 2014-2015, les six tops clubs du championnat anglais appelé ‘’the big six’’ vont se donner les moyens d'attirer non seulement de bons joueurs, mais aussi les plus grands tacticiens du monde. Des noms comme José Mourinho (Chelsea et Manchester United), Pep Guordiola (Manchester City), Jorgen Klöpp (Liverpool) Antonio Conté et Marizio Sarri (Chelsea) Maurizio Pochettino (Tottenam) et Unai Emery (Arsenal) vont s'imposer. Ces managers ont apporté leur touche à ce championnat qui est le plus disputé du monde de ces six dernières années. 

Déjà l'an passé, Liverpool avait atteint la Finale de la Ligue des Champions. Même, s’il l’a finalement perdue face au Real Madrid de Cristiano Ronaldo.  Une année avant, Manchester United de José Mourinho avait remporté l'Europa League face à l'Ajax Amsterdam. Toujours à l'Europa League, Liverpool avait échoué en 2016 face au FC Séville en finale. Manchester City de Pep Guordiola quant à lui, c’est un spécialiste des quarts de finale depuis trois ans. Tottenam vient d'atteindre, pour la toute première fois de son histoire, une finale de la Ligue des Champions face à Liverpool. Quoi qu'il arrive, les deux trophées majeurs européens de cette saison iront en Angleterre. Si cette vitrine était réservée aux clubs espagnols depuis quatre ans, ce n’est plus le cas cette année. Du coup, c'est la suprématie anglaise qui se confirme aujourd'hui  sur le toit de l'Europe. Cette domination a déjà profité à l'équipe nationale anglaise puisque les Tree Lions ont terminé demi-finaliste lors de la dernière coupe du monde disputée en Russie.

Est-ce la fin de l'hégémonie espagnole?

Tout laisse croire que c'est désormais l'heure d'une reconstruction, sinon d'une grande remise en question qui prévaut chez les clubs espagnols, longtemps dominateurs du football mondial. Depuis 2014, ces clubs se partageaient les trophées européens que ce soit en Ligue des Champions où en Europa League. Mais cette année, seul Barcelone est arrivé en demi-finale de la Ligue des Champions. Une demi-finale qu'ils auraient pu maîtriser face à Liverpool. Mais la pression d'Anfield (Stade de Liverpool) a effondré Messi et sa bande, eux  qui avaient d'ailleurs pris une belle option au match aller avec une belle victoire (3 buts à zéro).

Quant au Real Madrid, triple vainqueur de la Ligue des Champions jusqu' ici, il a échoué en 8e de finale de la Ligue des Champions face au sensationnel Ajax Amsterdam. Les anciens partenaires de CR7 ont fait une saison pathétique sans aucun trophée et de surcroît sont troisième du championnat espagnol. Avec les échecs récurrents de ces deux clubs espagnols (Barça et Real), les anglais ne peuvent qu'espérer s'implanter davantage. Quoiqu'il en soit, la bataille semble engagée de plus belle. 

Amadou Basso 

Source : Ziré-Hebdo