Le quartier de Bagadadji, situé en commune II du District de Bamako, s'est réveillé le 22 mai 2019 sous le choc d'un drame. Un jeune homme du nom de Lassana Kanté, âgé d'environ 35 ans, a assassiné son épouse de 28 ans Kadiatou Kanté, affectueusement appelée Thiny par ses proches. Une semaine après, nous revenons sur les dessous de cet acte odieux.

Le fait macabre s'est produit dans la nuit du mardi 21 au 22 mai 2019 vers 2 heures du matin. Au cours d’une dispute au petit soir du 21 mai, la femme aurait exprimé son ras-le-bol à son mari, ce qui aurait mis ce dernier dans tous ses états. Mais le jeune Lassana, alias Flany ou Lassi, un ivrogne tout fait, selon les témoignages recueillis, a tout simplement préféré attendre tard la nuit pour rendre à son épouse la monnaie de sa pièce.

Il est 2 heures du matin quand le jeune Lassana décide d’en finir avec tout. Alors, il prend leur unique enfant, âgé de moins de deux ans, qui s'est endormi,  et l’allonge dans le salon. Il se procure d’un coupeau et fonce sur son épouse en plein sommeil dans la chambre à coucher. Il l’étouffe avant de l'égorger comme un animal. Après avoir commis son forfait, Lassi alerte le commissariat de police du 3e arrondissement. Avant  l'arrivée des policiers, le criminel, conscient de la gravité de son acte, se poignarde avec le même couteau qu'il aurait utilisé pour égorger sa femme. Grièvement blessé, il est transporté aux urgences du CHU Gabriel Touré pour des soins intensifs. Aux dernières nouvelles, Lassi se rétablit peu à peu.

Comment en est-on arrivé là?

D’abord, selon des témoignages, l'union du défunt couple a été arrangée entre les parents des deux parties. Marié il y avait juste deux ans et demi, le couple Kanté, selon plusieurs témoins, était à bout de souffle jusqu'au soir du drame. Rien n’allait plus entre les deux conjoints. Lassana Kanté, pour ceux qui le connaissaient, en plus de consommer les excitants, était habité par une extrême jalousie. Face à cette attitude, sa femme, âgée de 28 ans, sortait très difficilement de la maison, même s’il agissait d’aller chez ses parents.

Selon une amie de la victime qui a accepté de s’exprimer sous anonymat, la jeune dame n'avait jamais connu la paix dans son foyer. Cela à cause de la jalousie de mon mari. « Franchement, Thiny n’était pas du tout à l’aise dans son foyer. Nous le savions tous, mais nous espérions que tout allait changer un jour. Son mari, Lassi, était trop jaloux et trop violent. Même le jour de mon mariage, il a enfermé Thiny dans la chambre avec son enfant sous prétexte qu’elle allait s'exposer devant les hommes. Chaque fois qu'il s'énervait, il disait qu'il allait la tuer. Thiny avait voulu le quitter à plusieurs reprises, mais ses propres parents s’y étaient toujours opposés. Ils ne voulaient pas le divorce, parce que c’était un mariage arrangé», a-t-elle témoigné, les larmes aux yeux.

Selon d’autres proches de la victime, deux mois avant son assassinat, Kadiatou Kanté avait fui son foyer pour aller se réfugier chez ses parents. Face aux interventions des parents et de leurs amis, elle a été obligée de retourner dans son foyer. Consciente du danger qui la guettait, Thiny préparait sa fuite définitive de son foyer. Ainsi, chaque fois qu'elle avait la permission d’aller chez ses parents, elle emmenait discrètement avec elle quelques effets. Malheureusement, elle n’a pas pu échapper au pire qui lui a coûté la vie cette nuit fatale du 21 au 22 mai 2019.

Amadou Basso

Source : Ziré-Hebdo