Sauvée in extremis par le gouvernement du docteur Boubou Cissé, lannée scolaire 2018-2019 tire vers sa fin. Mieux, les premiers examens ont eu lieu dans plusieurs localités du pays, hormis les zones de difficultés liées à linsécurité. Les épreuves du Diplôme d’Études Fondamentales (DEF) ont pris fin ce matin, 31 juillet 2019. A Bamako où nous avons pu sillonner quelques centres, les choses se sont bien passées.

Nous sommes, le 29 juillet 2019, aux environs de 8 heures, au Centre Ba N’Gnélé de Nafadji, en Commune I du District de Bamako. Le candidat Harouna Traoré nous confie ceci : « Jai quand même un peu peur parce que cest mon premier examen et on nous a toujours dit qu’il faut être  bien préparé pour le réussir. Or cette année, je ne sais pas si on a été bien préparé. Nous avons quand même appris les leçons qui nous ont été dispensées, mais il faut comprendre aussi que lannée na pas été effective. Donc, cest un peu inquiétant. Nous allons quand même faire de notre mieux pour réussir. »   

Quant à Kadiatou Kouyaté, elle est à sa deuxième tentative et ne veut pas rater cette année. «Javais très peur quand on ma dit que lannée allait être blanche. Jai déjà échoué une fois au DEF et je ne veux pas rater une deuxième fois. Il y a aussi ma petite sœur en huitième année, si jéchoue, on risque de faire la même classe lan prochain et je ne veux pas que cela arrive », a-t-elle souligné.

Partout où notre équipe s’est rendue, les épreuves se passaient sous protection des forces de l’ordre. Après la très longue grève des syndicats des enseignants, l’année scolaire s’achève finalement de façon progressive. Ainsi, le risque d’une année blanche semble être définitivement écarté, même si dans certaines zones au centre et au nord du pays, des écoles sont toujours fermées à cause de l’insécurité.

Amadou Basso

Source: Ziré-Hebdo