Le projet Polyphonie pour la Paix continue son petit bonhomme de chemin. Ainsi, après les étapes de formation des coaches littéraires et artistiques et les ateliers de création en photographie, peinture et vidéo, le top départ des weekends d’écriture de l'association culturelle Écritures des Suds (EDS) a été donné le 08 février 2020 au lycée Toubacoro 2 de Kognoumani-Dialakorodji sous le thème : « Construisons la paix’’. Au total, ce sont quarante lycéens et étudiants, répartis en huit écuries de création littéraire dirigées chacune par un coach formé en la matière, qui prendront part à ces activités qui vont durer deux mois. Le projet Polyphonie pour la Paix, financé par la coopération allemande à travers la GIZ via son programme Donko ni Maya, est porté par le Centre Soleil d'Afrique avec la collaboration de l'association culturelle Écritures des Suds (EDS).

Jusqu’au 28 mars 2020, quarante lycéens et étudiants, répartis en huit écuries de création littéraire dirigées chacune par un coach formé en la matière, vont réfléchir sur des œuvres d'art crées par des artistes-peintres, des photographes et des vidéastes en vue de produire des textes de différents genres, à savoir : poèmes, slams, contes ou nouvelles, pièces de théâtre.

Selon Minga S. Siddick, président de l’association culturelle ‘’Ecritures des Suds’’,  le choix du thème ‘’Construisons la paix’’ n’est pas fortuit et encore moins inopportun, vue la situation actuelle de notre pays. « S'il y a un vrai mal aujourd’hui au Mali, c’est autour de la notion de construire la paix. On ne dit pas que ces weekends d’écriture sont un théorème mathématique dont l'application peut conduire le Mali à la paix, comme un plus un est égal deux ! Mais,  nous nous disons que dans la recherche de solutions pour la paix, chacun doit apporter sa pierre et ceci est notre contribution. Nous pensons que quelque part les adultes ont échoué dans cette recherche de solutions, alors les jeunes, les enfants, ceux qu’on appelle généralement l’avenir ou le futur, eux, ils ont besoin qu’on les initie à l’esprit de la paix, qu’on leur inculque les réflexes de la paix en les poussant à réfléchir sur des œuvres inspirées de la paix. Et, les pousser à écrire des textes sur la paix, c’est notre façon de les mettre dans la dynamique de la recherche de solutions pour la paix par le canal de la littérature »,a-t-il précisé, tout en espérant que de grands textes sortiront de ces travaux qui seront capables de sensibiliser les jeunes et  les vieux sur la culture de la paix dans notre pays.  

Quant à Zoumana Sangaré, enseignant et coach vidéo, il s’est dit très heureux de participer à un tel projet dont le  thème ‘’Construisons la paix’’ est plus qu’une nécessité pour notre pays, le Mali. Selon lui, penser  faire cette construction avec les jeunes est une initiative à saluer, d’autant plus que ce sont eux l’avenir d’une nation.

Dans son intervention, Sirima Diakité, professeur de lettres et coach photo, nous a confié ceci : « Participer à un tel projet dont le thème est plus que symbolique pour notre pays, est une opportunité pour moi d’apporter ma contribution pour l’amélioration de la situation difficile que nous traversons. À travers ces weekends, nous souhaitons créer chez les jeunes l’esprit citoyen en prônant les valeurs de la communion et de la tolérance. » 

Kadidiatou Mariko, élève en classe de 11èmeau lycée Toubacoro 2, a dit sa joie de participer à ces activités : « Je me sens chanceuse et contente d’être parmi les élèves qui participent à ces  weekends d’écriture. C’est une occasion pour moi de découvrir, d’apprendre et surtout d’approfondir mes connaissances sur la notion de la paix et en retour, d’apporter ma contribution aux efforts pour le retour de la paix dans notre paix.»

Ces weenkends d’écriture prendront fin le 28 mars prochain avec la compilation des meilleurs textes  écrits par les jeunes élèves dans un recueil qui sera intitulé ''Polyphonie pour la Paix''.

Fatoumata Dicko Diako

 Source : Ziré