Le Bureau de l’UNESCO de Bamako organise en collaboration avec le ministère de l’Enseignement supérieur et de la recherche scientifique ; celui de la Culture et l’Institut des hautes et des recherches islamique Ahmed BABA, une Consultation internationale sur la sauvegarde, l’accessibilité et la promotion des manuscrits anciens du Sahel, ce mercredi 22 janvier 2020 à l’Hôtel Salam à partir de 15 heures.

Les enjeux de ce rendez-vous étaient au cœur des échanges entre les membres du Comité scientifique et les hommes de média ce 21 janvier 2020 au siège du bureau de l’UNESCO à Bamako, sis l’ACI 2000. Cette conférence de presse était animée par Michel KENMOE, conseiller à la communication UNESCO-DAKAR, qui avaient à ses côtés Mohamed DIAGAYETE, membre du Comité scientifique et Ali DAO, membre du bureau UNESCO et Bazoumana TRAORE, chercheur.

L’objectif de ce forum est de contribuer au renforcement de la sauvegarde, l’accessibilité et de la valorisation des manuscrits anciens du Sahel. Pendant 3 jours, une soixantaine de participants nationaux, régionaux et internationaux, venus d’une vingtaine de pays vont échanger afin d’élaborer une stratégie et un plan d’action sur les besoins diversifiés des manuscrits anciens. De même, il s’agit d’explorer la question sensible de sauvegarde, de la mise en ligne des manuscrits numérisés et sa gestion efficiente dans tous les domaines, à travers une série de contributions et des débats entre experts, responsables gouvernementaux, chercheurs, intellectuels communautés, familles détentrices et gestionnaires de manuscrits anciens.

Selon les conférenciers, les manuscrits anciens du Sahel en général, et du Mali en particulier constituent une source importante de savoirs et une documentation unique sur l’histoire de l’Afrique et du rôle prépondérant que cette région a joué dans le développement intellectuel, culturel et scientifique ainsi que dans la diffusion des savoirs. Ils rendent compte de l’évolution de la pensée, des découvertes et réalisations de la société humaine constituent le legs transmis par le passé à la communauté mondiale présente et future.

Du Niger jusqu’à la Mauritanie, en passant par Burkina Faso, le Mali et le Sénégal, ces pays regorgent un gite considérable de manuscrits anciens, trésors mémoriels dont l’identification, la préservation et la valorisation n’ont jusqu’à présent pas été effleurées.

Bien que ce trésor documentaire ait été sauvé de la destruction, l’accessibilité de leur contenu, leur diffusion reste des défis importants relevés pour l’exploitation de ces documents, notamment au Mali.

Dans les autres pays de la région, il n’y a eu au cours des dernières années que peu de mobilisation, à l’exception des initiatives de que structures de recherche comme en Mauritanie, au Niger, et au Sénégal, qui ne conserve qu’un nombre restreint de manuscrits.

Il convient donc, selon les membres du comité scientifique, de mener une réflexion approfondie au cours de ce colloque pour définir un plan d’action spécifique sur la préservation durable et l’exploitation efficiente des manuscrits anciens des pays du Sahel, au risque de voir disparaitre tout un trésor mémoriel de l’histoire de l’Afrique et du Monde.

Abdoulaye OUATTARA/Afrikinfos-Mali