Le Palais de la Culture Amadou Hampaté BA a abrité le 23 décembre 2019, les travaux d’une journée d’échange sur : « le Rôle de la Presse et des Médias dans le développement du secteur de la culture au Mali ». Organisée par le ministère de la Culture à travers la Direction nationale de l’Action Culturelle (DNAC), cette rencontre a regroupé 60 participants composés d’hommes de médias et acteurs culturels, ainsi que des représentants des services techniques et rattachés du département en charge de la culture.

L’ouverture des travaux étaient présidée par le représentant du ministre de la Culture, Andogoli GUINDO, en présence des Directeurs des services centraux et rattachés et des organismes personnalisés du ministère de la Culture, du Directeur national de l’action culturelle, Alamouta DIAGNIOKO et des panélistes.

A l’ouverture des travaux, le secrétaire général du ministère de la Culture, Andogoli GUINDO, a indiqué que le secteur culturel est un vecteur incontournable du raffermissement des liens sociaux, de la fibre patriotique, bref tremplin de prophylaxie sociale, antidote ou rempart contre l’extrémisme violent.

Selon lui, la culture est le moteur de l’action des hommes, des peuples et des nations dans le vaste champ de la création par les forces de l’esprit et la puissance de l’imagination. A ce titre, elle doit jouer un rôle important dans le développement de la résilience des communautés humaines vis-à-vis des vicissitudes de l’histoire. De son avis, au moment où les attaques terroristes continuent d’endeuiller nos familles, prennent le devant de la scène et occupent l’espace médiatique, il est nécessaire de faire de la Culture le véritable prisme de lecture du dynamisme de notre pays.

L’année 2019 finissant, a-t-il rappelé a été une année de succès diplomatique de notre pays, à l’échelle continentale, qui a eu l’honneur de voir le Président de la république, Ibrahim Boubacar KEITA, désigné Coordinateur de l’Union Africaine pour les Arts, le Patrimoine et la Culture. Sous son impulsion, le département de la Culture amorce le chantier du baromètre de la culture pour notre pays et pour l’Afrique.

Aussi, le 30 novembre 2019, le Mali a célébré la 25èmeannée des Rencontres de Bamako, d’une fort belle manière. Au sortir du dialogue national inclusif, il a invité les plus hautes autorités du pays à institutionnaliser la Biennale artistique et Culturelle, qui dit-il, depuis sa création, a pour mission de réaliser le brassage culturel, ciment de toute nation.

Pour lui, son département à travers la Direction nationale de l’action culturelle, innove avec cette Journée intitulée « Médium Culturel » qui entend discuter de questions prééminentes sur les rapports de la presse, des médias avec le monde la culture.

L’objectif étant d’interroger nos pratiques en tant qu’acteurs culturels, administrateurs de la culture, journalistes culturels et influenceurs des nouveaux médias, pour en déceler les insuffisances et tracer la médiane de l’excellence dans la coopération et la collaboration naturelle entre nos différentes professions.

Il s’est dit convaincu que le succès d’un événement culturel dépend largement de la qualité de sa couverture par la presse et les médias. Aussi faut-il reconnaitre que les conditions ne sont pas toujours réunies pour faciliter cette tâche aux femmes et hommes de médias. «Notre objectif est de faire de la Presse et des Médias, le relais idéal entre la culture et le peuple malien», a-t-il clamé  

Au cours de cette journée, plusieurs panels ont été animés par d’éminents journalistes et autres hommes de la culture. Il s’agit, entre autres, « La bonne couverture médiatique des événements culturels : A quelles conditions», animé par Youssouf DOUMBIA, de l’Essor ; «Journalisme culturel : Les défis du métier» par Assane KONE, du journal culturel et du site Web Notre Nation ; «Faut-il un desk culturel dans les rédactions » ; animé par le président de la Maison de la presse Dramane Aliou KONE ; et «Rôle des médias dans la diplomatie culturelle», présenté par l’ancien ministre Diadié Yacouba DAGNOKO, etc.

Les travaux ont été sanctionnés par de fortes recommandations allant dans le sens d’une meilleure couverture des événements culturels par les hommes de média, gage d’épanouissement du secteur.

Abdoulaye OUATTARA/ Afrikinfos-Mali