Pour promouvoir et faire de l’économie verte et résiliente aux changements climatiques, un puissant levier du développement durable au Mali, le ministère de l’Environnement à travers l’Agence de l’Environnement et du Développement Durable (AEDD) a lancé le processus d’accréditation de l’ONG Mali Folk Center (MFC) au Fonds Vert pour le Climat (FVC). C’était à l’occasion d’une rencontre tenue le 09 mai 2019 à l’hôtel Laïco de l’Amitié de Bamako.

Au total une cinquantaine d’acteurs de la société civile (Organisations, entreprises, groupements et associations) ont pris part à cette rencontre. Au cours de ces travaux, les échanges ont portés sur la présentation de Mali Folk Center (MFC) ; du Fonds Vert pour le Climat (FVC) et sur les mécanismes d’éligibilité à l’accréditation et l’accessibilité des projets au financement du FVC. Pour la période 2015-2020, il se trouve que le coût des besoins de financement de projets au Mali est estimé à 1, 062 milliards de dollars US.

L’aboutissement de ce processus d’accréditation de MFC permettrait un accès direct des Organisations de la société civile à ce fonds officiellement lancé en 2011 à la 17ème COP de Durban. Car depuis sa mise en œuvre, le Mali ne bénéfice du Fonds qu’à travers des organismes internationaux accrédités et jusqu’à ce jour, c’est seulement quatre projets qui ont été financés par le FVC.

Le Fonds Vert pour le Climat finance des projets d’un à dix millions de dollars US et les porteurs peuvent désormais être les Organisations de la société civile, les consortiums d’ONG et les particuliers.

Témoignant de l’engagement de son département à soutenir le processus d’accréditation, Modibo Sacko, représentant le ministre de l’Environnement, de l’Assainissement et du Développement durable,  précisé : « Le Fonds Vert pour le Climat investit dans des activités d’adaptation et d’atténuation dans les pays en développement, en gérant un portefeuille de projets mis en œuvre par ses organisations partenaires, appelées entités accréditées. Compte tenu de l’état de notre économie qui réclame des gestes audacieux et rapides, nous devons agir non seulement pour créer de nouveaux emplois, mais aussi pour jeter les fondations d’une nouvelle croissance verte au Mali. »

Pour rappel, le choix porté sur Mali Folk Center se justifie par le fait que l’ONG a l’avantage d’assurer le secrétariat du Reso-Climat Mali qui regroupe un consortium de 150 ONG. Elle dispose, du coup, d’une forte capacité administrative et judiciaire ainsi que d’un savoir-faire technique et de plusieurs années d’expérience dans le domaine d’intervention du Fonds Vert pour le Climat.

Modibo OUATTARA

Source : Ziré-Hebdo