La problématique de l'eau potable et de l'assainissement est loin d'être résolue au Mali, surtout dans une ville comme Bamako qui connaît des déficits notoires en termes de distribution de l'eau potable et d’accès à un système d’assainissement adéquat.  Fort de ce constat, la Coalition Nationale et Campagne Internationale pour l'Eau Potable et l'Assainissement (CN/CIEPA/WASH), en collaboration avec le gouvernement du Mali, a initié deux jours d'atelier autour d'une thématique intitulée « Appropriation du Schéma directeur d'assainissement de Bamako (SDAB) et l'élaboration d'un plan de suivi citoyen ». C'était du 09 au 10 mai 2019 à la Maison de Partenariat.

Cette rencontre avait pour objectif principal d'impliquer davantage les organisations de la société civile et les médias dans le suivi de la gouvernance en matière d'eau et assainissement. Cela à travers un projet appelé ‘’Watershed’’ qui veut justement traiter des questions liées à la qualité de l'eau, à la gestion des déchets et à la faiblesse institutionnelle connexe et à l'accès universel aux services durables de Wash, ainsi que des questions connexes de gouvernance.

Dans son discours d'ouverture, le président de la CN-CIEPA, Dounatié Dao,  a précisé : « Pendant deux jours, nous nous retrouverons ici au niveau de la Maison de Partenariat autour d'un thème extrêmement important : ‘’L’appropriation du schéma directeur d'assainissement de Bamako’’. Ce thème est assez intéressant et évocateur. Intéressant pour celui qui connaît aujourd'hui la problématique de l'assainissement au niveau du District de Bamako et évocateur en ce qui concerne tout le combat que mènent les organisations de la société civile dans ce domaine pour que nous puissions avoir un assainissement durable au niveau de Bamako. L'objectif de cet atelier, c'est d'amener les organisations de la société civile à s'approprier le schéma directeur d'assainissement de Bamako. Rien ne se fait au hasard, tout est structuré et tout est confiné dans un document. Si nous les organisations de la société civile, nous parvenons à nous approprier ce schéma directeur, cela nous permettra de mieux structurer nos actions de plaidoyer pour un suivi de sa mise en œuvre. C'est pourquoi, nous avons organisé cet atelier de deux jours qui va avoir deux temps forts. Le premier temps fort, c'est de nous approprier le schéma et le second temps fort, c'est d'élaborer un plan de mise en œuvre. »

Renforcer la veille et le contrôle de l'action publique !

La représentante du ministre de l'Environnement, de l'Assainissement et du Développement durable, Mme Kouyaté Gundo Sissoko, a mis l'accent sur l'effort du gouvernement en vue d'améliorer l'accès à l'eau potable au Mali : « Pour permettre un accès universel à l'eau potable et à l'assainissement, le Mali a entrepris d'importantes réformes dans le secteur de l'eau et de l'assainissement au cours des dix dernières années avec l'adoption de plusieurs lois-cadres, en particulier le Programme sectoriel de l'eau et de l'assainissement (PROSEA) et le Plan national d'approvisionnement en eau (PNAEP) de 2002, la Politique nationale de l’hydraulique de 2006 et la Politique nationale de l'assainissement de 2009 », a-t-elle rappelé.

Côté Organisations de la société civile (OSC), on retient tout de même que le Mali est un pays confronté à de multiples défis typiques de développement. Sa population d'environ 18 millions de personnes croît à un rythme rapide de plus de 3% par an. Face à cette situation, la CN-CIEPA  à travers le projet Watershed veut œuvrer suffisamment pour le renforcement de la société civile et les médias nationaux afin qu'ils assument pleinement et efficacement leurs responsabilités de veille et de contrôle de l'action publique en matière d'eau et d’assainissement. 

Il faut rappeler que Watershed est un partenaire stratégique pour le ministère néerlandais des affaires étrangères et le consortium d'ONG constitué d'IRC, Simavi, Wetlands International et Akvo. Ainsi, pour une large ouverture aux OSC,  plusieurs organisations ont pris part à cet atelier de deux jours, soit au total trente-cinq organisations de la société civile. En plus de la CN-CIEPA, les représentants des collectivités des six communes du District de Bamako, l’Association des Municipalités du Mali (AMM), les services techniques des départements ministériels, Water-Aid, l'UNICEF, SAVE THE CHILDREN et bien d’autres acteurs du secteur Eau et Assainissement étaient également à ce grand rendez-vous. 

Fatoumata Dicko Diako / Afrikinfos-Mali