Au cours d’une conférence de presse le samedi 03 mai 2019 à la Maison de la Presse, le président du Collectif des Associations des Jeunes du Pays Dogon (CAJPD), Adama Diongo,  a déclaré que plus de 54 000 personnes sont en risque de famine dans les 64 communes de la région de Mopti.

C'est en même temps un cri de cœur et d'alarme que les jeunes dudit Collectif ont lancé aux autorités compétences sur la situation actuelle de la sécurité alimentaire dans la majeure partie de la région de Mopti. Depuis 2012, les tensions intercommunautaires, exacerbées par l'interférence de groupes radicaux, ont sérieusement provoqué une dégradation de la situation humanitaire dans quatre cercles de la région de Mopti à savoir : Koro, Bankass, Bandiagara et Douentza. Le conflit ethnique a successivement perturbé trois saisons agricoles dans lesdits cercles et nul n'est désormais à l’abri d'une crise alimentaire dans ces localités concernées.

Ainsi dans sa communication, le président du Collectif des Associations de Jeune du Pays Dogon, Adama Diongo, a révélé des chiffres alarmants concernant le risque de famine dans les quatre cercles. « Selon les derniers chiffres du ministère de la Solidarité, la région de Mopti enregistre plus de 65 000 déplacés, 528 écoles fermées et 150 000 élèves privés d'écoles. De façon particulière, 869 points d'eau ne fonctionnent plus dans les quatre cercles (Koro, Bankass, Bandiagara et Douentza)  de la région de Mopti », a-t-il déclaré.  Pour prévenir ce désastre humanitaire, le CAJPD sollicite un rapide élan de solidarité  pour soutenir ces populations qui manquent de tout.

Le seuil critique d’une situation d'urgence !

Toujours selon le Collectif, l'heure n’est plus aux discours et aux promesses, mais plus plutôt à l'action. « Nous entendons des discours de part et d'autres disant qu'il y a eu telle ou telle nombre d'aides, mais sur le terrain on ne voit absolument rien. Dans la région de Mopti, on comptabilise 35 844 déplacés, soit 3 893 personnes comme familles d'accueil et 14 625 personnes assiégées. Parmi ces déplacés carrément sortis de la région de Mopti, il y a : 175 personnes à Niamana (Bamako), 1 011 personnes à Faladié (Bamako), 202 personnes à Ouélessébougou, 367 personnes à Sélingué, 320 personnes à Kléla (Sikasso), 280 personnes à Koutiala et 300 personnes à Yorosso », a ajouté Adama Diongo.

C'est pour pallier ces difficultés que le Collectif vient de lancer une campagne de collecte de fonds conformément aux besoins qui s'articulent autour de 4 000 tonnes de céréales et qui nécessitent plus d'un milliard de francs CFA. Pour ce faire, le CAJPD demande le soutien de toutes les personnes de bonne volonté. « C'est une urgence et nous demandons l'aide de tout un chacun, car même l'hivernage qui s'annonce est menacé », a-t-il conclu.

Amadou Basso

Source : Ziré-Hebdo