Le Mouvement des femmes des Association pour le Mali (APM) soutien à IBK, en collaboration avec le bureau national des APM, a organisé, ce samedi 27 avril 2019, une séance de prière publique et de lecture du Saint Coran au Mémorial Modibo KEÏTA. Cette manifestation qui s’inscrivait dans la cadre de la célébration du 8 mars avait pour objectif de faire des prières et des bénédictions pour le repos de l'âme des victimes maliennes et étrangères, ainsi que pour le retour de la paix, de la reconstitution et du vivre ensemble.

Contrairement aux autres sœurs qui, dans leur majorité, célèbrent le 8 mars, journée internationale des droits de la femme, à travers des activités festives et de réjouissance, les femmes des APM, sous la houlette de Mme Sanogo Oumou DIOP, ont décidé, compte tenu du contexte du pays, de fêter autrement. Et cela, en organisant, une séance de prière et de bénédiction collective.

Cette cérémonie était dirigée par El Hadj Badiougou DOUMBIA, en présence de plusieurs imams et notabilités de la Commune III du district de Bamako. On y notait la présence de l’ancien ministre Adama KONE, du Conseiller spécial du président de la République Sékou FOFANA.

À travers cette séance, il s’agissait pour les musulmans et les chrétiens de conjurer par la prière et les bénédictions le mauvais sort qui s’acharne contre le Mali, depuis 2012, avec des piques en 2019 par l’aggravation de la situation dans la région de Mopti, où s’exacerbent les tensions intercommunautaires aux conséquences humaines et humanitaires dramatiques.

Lors de cette séance, toutes ces prières avaient la même teneur : le dépassement de la crise multidimensionnelle à laquelle fait face le Mali, pour une vraie réconciliation nationale et le retour de la paix et de la concorde entre les fils et les filles de la même nation unie dans sa diversité.

Dans son intervention, El Hadj Bandiougou DOUMBIA a salué les femmes des APM pour cette initiative. Selon lui, contrairement à certaines idées reçues, c’est lorsque l’Islam est venu que la question du droit des femmes a été véritablement posée à la Mecque antique qui était une société misogyne du temps de la ‘’Jahiliyya’’ (société païenne).

« Pendant la Jahiliyya, nous ne donnions aucune valeur à la femme, lorsque l’Islam est venu et qu’Allah a parlé d’elles, nous avons compris qu’elles ont des droits sur nous », a témoigné un compagnon du Prophète.  

À l’issue de cette séance de prière, la présidente des femmes APM, Mme Sanogo Oumou DIOP, a remercié toutes les femmes qui ont fait le déplacement. Elle a également invité les unes et les autres à être des artisanes de la paix.

Au nom du bureau national des APM, Sylvestre KAMISSOKO a salué les femmes des APM pour cette initiative salutaire. Selon lui, la situation du Mali, qui est à la croisée des chemins avec insécurité galopante, mérite une pensée pour toutes les victimes de la crise. À travers cette séance, a-t-il fait savoir, il s’agissait pour les musulmanes, catholiques et protestantes d’invoquer les livres Saints (Coran, Bible) pour la paix, la coexistence pacifique des religions et des communautés dans le pays. Notons que la cérémonie a pris fin par la lecture du Saint Coran « Dala'il al-Khayrat » pour que la paix, la cohésion sociale, l’unité et la sécurité reviennent dans notre chère patrie.

A. O / Afrikinfos-Mali