Comme à l’accoutumée, le Mali a célébré le 24 mars 2019, la Journée nationale de la courtoisie sur la route. Cette 8ème  édition, dont le thème était : « Le respect des injonctions des agents de la police routière », était placée sous le haut patronage de Soumana Mory Coulibaly, ministre des Transports.

Le lancement des activités de cette journée a eu lieu au rond-point Mamadou Konaté (monument de l’éléphant à Hamdallaye), en présence de Mamadou Sidiki Konaté, directeur général de l’Agence Nationale de la Sécurité Routière (ANASER) et des agents des forces de sécurité. Ainsi, pendant toute la journée, des agents de sécurité, ceux de l’ANASER et des volontaires ont été mis à contribution pour sensibiliser et informer les usagers de la route sur les bons comportements à adopter dans la circulation.

Selon Mamadou Sidiki Konaté, chaque année, le Mali, à l’instar des autres pays francophones, célèbre le 24 mars la Journée nationale de la courtoisie sur la route. « La Journée de cette année est consacrée particulièrement à des messages de sensibilisation, d’information et d’éducation à l’endroit des usagers de la route », a-t-il précisé. Pour lui, la courtoisie est un élément essentiel dans l’harmonie dans la circulation. « Dès lorsqu’il y a assez de discourtoisies, il y a également assez de cas d’accidents. C’est pour cela qu’on a voulu que cette Journée soit célébrée sur toute l’étendue du territoire national », a-t-il souligné.

Parlant du thème de la Journée, le directeur général de l’ANASER a témoigné que ce thème a été choisi parce que les acteurs de la sécurité routière se sont rendu compte que beaucoup d’usagers ne respectent plus les injonctions des agents de la police routière et cela favorise malheureusement des accidents. « Un agent de la circulation est abord un usager et ensuite il fait son travail de réglementation. Dans ce cas, lorsque cet agent donne des instructions, les usagers ont le devoir et l’obligation de les respecter. Mais souvent, on constate que quand un agent siffle un usager, ce dernier refuse de s’arrêter. Là, c’est non seulement une infraction au code de la route, mais aussi une discourtoisie à l’égard d’un autre usager », a-t-il conclu.

Améliorer le comportement des usagers de la route !

Selon Soumana Mory Coulibaly, ministre des Transports, les comportements des usagers de la route sont souvent sources de conflits et d’accidents de la circulation. Il s’agit, pour lui, des injures, des klaxons, des gestes désobligeants, des stationnements en pleine chaussée et le refus d’obtempérer aux injonctions des agents de la police routière. « Pour vaincre cette incivilité, il devient indispensable d’améliorer le comportement de nos concitoyens sur la route et dans les villes, et d’instaurer une meilleure cohabitation entre les différents acteurs de la route : porteurs d’uniforme, automobilistes (deux-roues, voire trois-roues) et piétons étant entendu que la courtoisie sur la route, c’est un comportement de tous les jours », a-t-il ajouté.

Pour le ministre des Transports, durant toute la Journée, des actions de sensibilisation et d’information seront menées par l’ANASER et ses partenaires à l’endroit des usagers de la route. « Les comportements désobéissants sur la route provoquent très souvent des accidents», a-t-souligné avant d’ajouter que les activités de la journée tournent autour du respect des injonctions des agents de la police routière par les usagers de la route. « Il est demandé aux usagers de s’arrêter et d’écouter l’agent de la police routière qui les siffle. La police n’est pas là uniquement pour verbaliser, mais également pour donner des conseils et sensibiliser les usagers. Car, au niveau des ronds-points sans feu, la police ne doit pas verbaliser les usagers, mais plutôt les sensibiliser et les laisser partir. Par contre, les autres ronds points dotés de feux et de dispositifs nécessaires, la police est obligée de sanctionner tous ceux qui violent le code de la route », a-t-il expliqué.

Selon le ministre Soumana Mory Coulibaly, des instructions ont été données par le président de la République, Ibrahim Boubacar Kéïta, pour réduire strictement les accidents de la circulation routière. « Nous étions à plus de 816 en 2017, cette année, nous allons minimiser encore ces chiffres en continuant les sensibilisations à travers l’Agence nationale de la Sécurité routière et ses partenaires », a-t-il précisé.

L’un des temps forts de cette cérémonie de lancement a été la remise gratuite des casques à quelques usagers de la route par Soumana Mory Coulibaly. Après ce geste qui sauve, le ministre des Transports s’est adressé aux bénéficiaires en ces termes : « Je vous invite à contribuer à l’amélioration de la fluidité de la circulation et au renforcement de la sécurité routière en respectant les injonctions des agents chargés de la régulation du trafic routier. Car, le refus d’obtempérer est une infraction prévue et sanctionnée par la règlementation en vigueur. La route est un espace public où doit régner l’harmonie entre les usagers de la route et les agents de la police routière. »

Ousmane BALLO

Source : Ziré-Hebdo