Les récoltes affectées à Nioro par les oiseaux granivores. Cette année, la campagne agricole devrait enregistrer des dégâts importants, selon certains producteurs. Les zones les plus touchées sont les communes de Diarah et de Yéréré. Le ministre de l'Agriculture, Moulaye Ahmed Boubacar, a effectué mardi 22 octobre dernier un déplacement sur les lieux. Objectif : « agir dans l’urgence ». Des opérations de pulvérisation ont déjà été menées, selon les responsables des services de protection des végétaux.

« Les oiseaux ont commis plus de 50 % de dégâts sur les premiers semis des mils et le mil Sona » selon le chef du secteur de protection des végétaux à Nioro du Sahel. Toutefois selon Mamadou Yaya Togola, des opérations de lutte contre ces oiseaux granivores ont pu être effectuées dans les communes de Diarah et de Simby. « La situation est à présent stable », rassure-t-il. En revanche, la commune de Yéréré a vu la multiplication des oisillons dans sa zone. « Avec l'arrivée du directeur général de l'OPG (Office de Protection des Végétaux) et la sensibilisation avec le maire et la population, les producteurs ont adhéré au traitement », explique le chef secteur de protection des végétaux, avant de préciser que ce traitement se fera pendant la nuit. « Nous conseillons à la population de sensibiliser tous les villages riverains de ces sites, et de les abandonner pendant 30 à 45 jours », conseille M. Togola.
Le directeur adjoint de l'agriculture, de son côté, a fait savoir que des efforts sont en cours pour que les services techniques puissent gérer au mieux cette situation. Pour Amadou Cheick TRAORE, cette situation n'affectera aucunement la campagne agricole en cours.
« Je pense que la situation est entrain d'être maîtrisée. Cela ne concerne que quelques villages du cercle de Nioro, donc la bande sahélienne. Cette situation va affecter sûrement le cercle de Nioro. Mais ça ne met pas en cause les objectifs visés par la campagne agricole », rassure le directeur adjoint national de l’agriculture.
Pourtant, selon certains observateurs « il y a absolument des raisons de s’inquiéter. Car le phénomène peut être source d'insécurité alimentaire ».
A Yéréré, l'une des zones du cercle de Nioro touchée par l’invasion des oiseaux granivores, le maire de la commune estime que plus de 80% des champs sont endommagés. Selon Gagni Diawara, « il est difficile de parler cette année de récolte ». Certes des mesures de traitement sont en cours, mais pour l’élu communal celles-ci ne serviront qu’à sauver la campagne agricole de l'année prochaine.

Source : Studio Tamani