Les initiatives se multiplient désormais pour l’assainissement de la ville de Bamako et de plusieurs zones à l’intérieur du pays. Après les Gilets Verts lancés il y a un peu plus de quatre mois par le ministère de l’Environnement, de l’Assainissement et du Développement durable, c’est le tour de la Fondation ‘’Princesse Kamatari’’ du Burundi, Mme  Esther Kamatari, de lancer une compétition dénommée ‘’Journée sans plastique à Bamako’’ entre les six communes du District.  Le but de cette opération lancée, le 19 octobre 2019, est de lutter contre le jet des sachets plastiques et faire de Bamako une ville propre et coquette.

A travers cette compétition, ‘’Journée sans plastique à Bamako’’, la fondation met en jeu la somme 100 millions de francs CFA entre les six communes du District de Bamako. « Je remercie tous les Maliens aujourd’hui pour l’accueil qui m’a été réservé, un accueil qui n’est pas seulement pour moi, mais celui de l’initiative de la fondation. Une initiative qui vise à supprimer tous les plastiques sur l’espace environnemental de Bamako et pourquoi pas du Mali. En tout cas, la fondation met en jeu 100 millions de francs CFA entre les six communes du District de Bamako.» C’est en ces termes que la princesse burundaise a lancé la Journée sans plastique à Bamako. Un lancement qui s’est déroulé en deux phases.

D’abord, elle a effectué une visite de courtoisie à la Mairie de la Commune IV où une marrée de femmes l’a accueillie. Ensuite, Mme Esther Kamatari s’est rendue à la Mairie de la Commune III à Bolibana où elle a officiellement lancé la compétition. Devant les femmes des deux communes, la princesse burundaise a eu un discours amical et objectif : « On veut s’appuyer sur vous mes chères sœurs, on veut s’appuyer sur les femmes du Mali parce qu’elles sont les premières concernées  par l’assainissement. Je sais aussi que les femmes maliennes ont un savoir-faire traditionnel extraordinaire dans ce domaine.»

Dans son intervention, elle a également félicité le ministère de l’Environnement, de l’Assainissement et du Développement durable qui multiplie des actions en faveur de l’assainissement au Mali, particulièrement dans le district de Bamako. C’est pourquoi, une grande partie de la masse qui l’a accueillie au niveau des deux communes était composé de Gilets Verts, des volontaires pour l’assainissement à Bamako mis en place par le ministre Housseini Amion Guindo.

Toutefois, le représentant du ministre de l’Environnement, de l’Assainissement et du Développement durable, Moussa Kanta, a précisé que ce projet est un pas important pour la réussite dans la lutte contre l’insalubrité dans la ville de Bamako. « C’est l’une des priorités du gouvernement du Mali d’assainir les grandes villes du Mali et des campagnes, car sans l’assainissement, il n’y a pas de bonne santé. Nous remercions la Fondation ‘’Princesse Kamatari’’ qui ne manquera pas de l’accompagnement du ministère de l’Environnement, parce qu’elle est venue nous aider dans notre tâche quotidienne », a-t-il souligné.

Quant au représentant du maire de la Commune III du District de Bamako, Mamadou Keita, il a reconnu que la balle est désormais dans le camp des mairies,  car selon lui, c’est une opportunité à saisir à tout prix. « Dans ce genre de compétition, personne ne perd, car si vous vous donnez à fond, vous aurez une commune propre où la population est en bonne santé. Donc en bref, c’est le Mali qui gagne », a-t-il précisé.

Il faut noter que la compétition se poursuit jusqu’à fin 2020.

Amadou Basso 

Source : Ziré