A l’occasion de la journée mondiale de l’eau, célébrée chaque 22 mars, la Direction Nationale de l'Hydraulique et la Coalition Nationale-Campagne Internationale pour l'Eau Potable et l'Assainissement (CN-CIEPA) ont aminé une conférence de presse ce 20 mars 2019 sur la situation d'accessibilité de l'eau potable au Mali et dans le reste du monde. L’exercice consistait à attirer l'attention des décideurs sur la situation de l'accessibilité des populations à l'eau potable et à l'assainissement adéquat.

Cette année, le thème de cette rencontre internationale autour des questions relatives à l’Eau est : « Ne laisser personne de côté ». C’est un thème qui fait référence à l’objectif de développement durable 6 : l’eau pour tous d’ici 2030. Il s’agit là également de ne laisser personne pour compte. Ainsi, l’objectif de cette rencontre est d’attirer l’attention de tous les décideurs sur l’importance de l’eau et de promouvoir la gestion durable des ressources en eau douce. Une bonne occasion pour les acteurs du secteur de l’eau et de l’assainissement, non seulement de faire la promotion de la gestion durable des ressources en eau douce, mais aussi de faire le point sur l'accessibilité des populations à l'eau potable.

Dans son intervention, le président de la CN-CIEPA, Dounatié Dao, a rappelé : « De nos jours, l'accessibilité à l'eau potable est une question qui mérite d'être posée quand on sait que 2,1 milliards de personnes à travers le monde vivent  sans eau salubre. » Selon lui, dans le monde, une école primaire sur quatre ne dispose pas de service d'eau potable. « Plus de 700 enfants de moins de cinq ans meurent chaque jour de la diarrhée liée à une insalubre et un assainissement médiocre; dans le monde, 80% des personnes qui doivent utiliser des sources d'eau insalubre et non protégés, vivent dans des zones rurales; les femmes et les filles sont responsables de la collecte de l'eau dans les huit ménages sur dix sans eau. Environ 159 millions de personnes collectent leur eau de boisson dans les eaux de surface, telles que les étangs et les ruisseaux. Environ 4 milliards  de personnes, soit près des deux tiers de la population mondiale, connaissent une grave pénurie d'eau pendant au moins un mois de l'année », a-t-il précisé. 

Quant au Directeur National de l'Hydraulique, Yaya Boubacar, il a souligné : « Au Mali, la problématique d'accès à l'eau potable se pose avec acuité malgré les efforts fournis par l'État. Le taux d'accès à l'eau potable est de 65,3% en milieu rural; 74,7% en milieu semi-urbain et urbain et 68,8% au niveau national. »

Au delà de cette conférence de presse,  plusieurs autres activités sont prévus par la CN-CIEPA (commission d'organisation) à l'occasion de cette journée mondiale de l'eau, notamment la diffusion des bandes annonces sur télévisions, radios et journaux, expositions des stands, des conférences débats et la célébration de la journée au niveau communautaire, particulièrement la célébration du 1500ème forage réalisé à Djenidjé dans la commune de Dombila, cercle de Kati par l'ONG World Vision-Mali.

Amadou Kodio, afrikinfos-mali