Le football malien a connu une longue crise qui l'a profondément secoué. C’est une situation qui date de  janvier  2015 et qui pourrait enfin connaître son épilogue, à travers lAssemblée élective prévue ce 29 août 2019.

Dans une semaine, la Fédération malienne de football (FEMAFOOT) pourrait avoir un nouveau comité exécutif. Au total, trois listes sont en compétition et chapeautées par Mamoutou Touré dit Bavieux, Alassane Souleymane et Salaha Baby. Pour l’heure, l’espoir est grand et la sortie définitive de la crise dans la grande famille du football malien est certaine.

Rétro sur une crise qui n'a que trop duré !

Nous sommes en janvier 2015, alors que le comité exécutif de la FEMAFOOT est dirigé par Boubacar Baba Diarra, une crise aigüe et sans précédent naît au sein du football malien. Tout est alors parti de l’assemblée générale ordinaire du 31 octobre 2015 où le Comité exécutif dirigé par Boubacar Baba Diarra avait introduit une demande de suspension à l’encontre d’un grand nombre de personnes physiques pour avoir participé à une assemblée générale extraordinaire le 30 Août 2015, en application de l’article 37 des statuts de la FEMAFOOT, sur convocation de plusieurs membres du bureau exécutif.

Après cette suspension décidée et prononcée par Boubacar Baba Diarra et ses acolytes, plusieurs médiations ont été menées sans succès. Finalement, l’ancien  président de la Commission centrale des finances de la FEMAFOOT, Yéli Sissoko et le Collectif des ligues et clubs contestataires (Djoliba AC, Club Olympique de Bamako (COB), Centre Salif Keïta (CSK) et l’Avenir Club de Tombouctou), dirigés par Mamadou Dipa Fané, président de l’Union des anciens footballeurs du Mali (CLCM) ont été tous suspendus.

Ainsi, une audience s’est tenue le 2 juin 2016 au siège au Tribunal arbitral du sport (TAS) à Lausanne (Suisse), au cours de laquelle, les protagonistes des deux parties et leurs avocats ont été entendus. Il a fallu attendre  le 4 octobre 2016 pour que le TAS rende sa sentence : « LAssemblée générale organisée le 31 octobre 2015 par la FEMAFOOT est nulle, ainsi que les décisions adoptées.» C’est ainsi que le Tribunal arbitral du sport a ordonné la convocation d’une autre Assemblée générale avec à l’ordre du jour la révocation de la suspension de Yéli Sissoko de toute autre personne physique. Cette Assemblée devrait avoir lieu au plus tard le 30 novembre 2016.

Lintransigeance de la FIFA !

Le 10 janvier 2016, des délégués se retrouvent, constituent un comité exécutif parallèle et décident de saisir la FIFA. Dans sa réponse, l’instance mondiale du football a déclaré de n’avoir reconnu que le comité exécutif présidé par Boubacar Baba Diarra. Aussi, la FIFA décide-t-elle d’aller plus loin. Elle suspend, en mars 2017, la fédération en raison d'une ingérence du pouvoir politique. C’est ainsi qu’un Comité de Normalisation (Conor) a été mis en place pour gérer les affaires courantes du football malien et de réorganiser la fédération, avec l’organisation d’une assemblée élective dans le but de mettre en place un nouveau Comité exécutif.

C’est dans cette dynamique qu’une Assemblée générale statutaire a été organisée par le Conor le 15 juin 2019 et qui a permis de convoquer l’Assemblée élective prévue le 29 aout prochain. Cette assise devrait permettre de tourner une page très sombre du football malien. La bonne nouvelle, c’est aussi le redémarrage, le 16 août 2019, du championnat national Ligue 1 Orange.

Amadou Basso

Source : Ziré-Hebdo