La fourniture et l’installation déquipements médicaux dans les hôpitaux tels que le Centre hospitalier universitaire Gabriel Touré, la Polyclinique des Armées de Kati et le Centre hospitalier universitaire du Point G, à hauteur de 11 milliards 856 millions 442 mille 500 francs CFA ne serviront pas à grand-chose sans linstauration d’une vraie rigueur par les autorités compétentes à lendroit des responsables des hôpitaux bénéficiaires, particulièrement ceux du CHU Gabriel Touré où, selon le dernier rapport du Vérificateur Général, le Conseil dAdministration (CA), est composé de membres illégaux et ne disposant pas de la qualité requise.

« Des projets de décret portant approbation de deux marchés relatifs aux travaux de réhabilitation de certains services ainsi quà la fourniture et à linstallation déquipements médicaux au niveau du Centre hospitalier universitaire Gabriel Touré, de la Polyclinique des Armées de Kati et du Centre hospitalier universitaire du Point G. Les deux marchés sont conclus entre le Gouvernement de la République du Mali et la Société MARYLIS BTP CI pour un délai dexécution de 08 mois et un montant de : 3 milliards 909 millions 997 mille 850 francs CFA toutes taxes comprises pour la réhabilitation de certains services ; 11 milliards 856 millions 442 mille 500 francs CFA hors taxes pour la fourniture et linstallation déquipements médicaux », peut-on lire dans le Communiqué du Conseil des ministres du 14 août 2019.

Selon le gouvernement, l’exécution de ces marchés contribuera au renforcement du plateau technique de la pyramide sanitaire. « Elle participe, en outre, de la mise en œuvre du Programme présidentiel dUrgence sociale », ajoute le Communiqué. Ce financement intervient après le scandale du bébé amputé faute de soins appropriés à la pédiatrie de l'hôpital Gabriel Touré.

Ce qui est sûr, dans ces dernières années, le service sanitaire de ce grand hôpital a difficilement satisfait les patients particulièrement au niveau de sa section Pédiatrie qui manque d'équipements adéquats. Selon le rapport 2018 du Vérificateur Général, la pédiatrie manque d'appareils pour contrôler la fréquence cardiaque. Ainsi en 2017, la quasi-totalité des décès survenus au sein de cet hôpital (96%) ont été enregistrés au niveau de la pédiatrie. Sur un total de 19 154 enfants hospitalisés au sein de cette section sanitaire, 4 633 sont décédés, soit un taux de mortalité de 24%.

 «De 2016 à 2017, les décès enregistrés à la Pédiatrie sont passés de 64% à 96% du total des décès hospitaliers du CHU-Gabriel Touré. Au niveau du laboratoire, les équipements sont, soit en panne ou ne fonctionnent pas par manque de personnel qualifié. Il souffre aussi dune insuffisance de réactifs pour réaliser les analyses. Sur un total de 81 types dexamens réalisables, compte tenu des équipements disponibles, le laboratoire du CHU-GT nen réalise que 20 actuellement. Ainsi, les activités du laboratoire ont baissé de 62%, passant de 71 331 examens en 2016 à 27 018 en 2017. Concernant le Département dimagerie médicale, les équipements déchographie et de mammographie ne sont pas fonctionnels depuis plusieurs années. Le Département na pas réalisé de fibroscopie en 2017. En outre, il ne dispose pas dappareil dImagerie par Résonance Magnétique (IRM), ce qui constitue une limite à lapprofondissement de certains examens. Les activités de ce Département ont ainsi baissé de 13,74%, entre 2016 et 2017. Ces insuffisances affectent la performance médicotechnique de lhôpital », a révélé le rapport.

Recomposer le Conseil dAdministration !

Même si ces équipements médicaux, constituent en quelque sorte une réponse aux recommandations du vérificateur en terme de rénovation du plateau technique, l’idéal serait de revoir la composition du Conseil d’Administration (CA) de l’hôpital. D’autant plus que le même rapport du vérificateur révèle : « Les onze administrateurs siégeant ont remplacé les titulaires alors que leurs nominations nont pas été formalisées par un décret pris en Conseil des Ministres, tel quexigé par les textes en vigueur. De plus, des membres continuent à siéger malgré l’expiration de leurs mandats, depuis au moins quatre ans, et dautres nont jamais siégé pendant la période sous revue. Ces derniers sont les représentants des départements socio-sanitaires, du budget, de l’environnement et de lenseignement supérieur. Par conséquent, cette composition du CA ne lui permet pas de fonctionner ni légalement ni efficacement. Ceci peut entraîner la nullité de ses délibérations. Le CA nexerce pas ses responsabilités. Les documents de pilotage et de gestion, tels que la politique générale, le projet détablissement et différents rapports techniques et financiers ne sont ni soumis à lapprobation du CA, ni sollicités par ce dernier. Dans ces conditions, le CA ne peut remplir adéquatement ses fonctions et obligations, ce qui peut impacter la gouvernance de lhôpital et lefficacité des prestations rendues.»

Mieux, les travaux d’installation de ces équipements ont déjà démarré à l’hôpital Gabriel Touré. Il s'agira principalement de fournir un nouveau plateau technique ; deux scanners ; des échographes ainsi que des équipements pour les blocs opératoires. Cependant, aucun appareil de type IRM (imagerie par résonance médicale) ne semble être encore prévu dans les équipements à fournir. Certes, l’urgence semble être assurée à travers ces premiers équipements, mais leurs maintiens doivent être de mise afin de garantir de façon pérenne un service de qualité au bénéfice des populations.

Ousmane BALLO

Source : Ziré-Hebdo