L’expansion de l’épidémie inquiète l’Organisation Mondiale de la Santé. La barre des 100 000 personnes infectées dans le monde est franchie et 92 pays sont désormais concernés. Sur le continent africain, sur les 9 pays touchés par le COVID-19(Algérie, Sénégal, Egypte, Maroc, Nigeria, Tunisie, Afrique du Sud, Cameroun, Togo), deux sont frontaliers avec le Mali. Quelles sont les mesures prises par les autorités maliennes pour faire face à la menace ?

L’épidémie du Covid-19 a touché plus de 100 000 personnes dans le monde et fait près de 3 500 morts. Sur le continent africain, 9 pays sont touchés par le COVID-19 et deux pays ont des frontières communes avec le Mali. Cependant les autorités maliennes se veulent encore rassurantes. « A ce stade, il est très important de signaler qu’à ce jour, notre pays n’a enregistré aucun cas. Cependant nous avons enregistré 5 cas d’alerte au total, nos laboratoires ont analysé 12 échantillons qui se sont tous révélés négatifs. C’est le lieu de remercier tous les acteurs pour les efforts fournis, le personnel socio sanitaire, les partenaires techniques et financiers et particulièrement la presse publique et privée pour les rendus d’informations éclairées, a indiqué, le jeudi 5 mars dernier, lors d’une conférence de presse, le Dr Mama Coumaré, le secrétaire général du ministère de la santé et des affaires sociales. Il a tenu a remercié particulièrement l’OMS pour son appui technique en matériels et intrants.

Tout en  rappelant que les mesures de prévention qu’ils préconisent sont entre autres: de promouvoir l’hygiène individuelle et collective par le lavage des mains au savon et l’application des gels hydro alcoolique; d’assainir le cadre de vie; d’utiliser les masques  avec un mouchoir ou dans les plis du coude quand on tousse ou éternue; d’éviter tout contact étroit avec une personne présentant des symptômes de type grippal ; de cuire suffisamment la viande, le poisson et les œufs avant consommation; d’arrêter certaines habitudes comme se donner les mains, les accolades; de sursoir aux voyages non nécessaires surtout dans les localités des pays touchées; de sursoir aux regroupements humains importants dans notre pays: évènements sociaux (mariage, baptême, décès); colloques, les congrès; de se présenter au service de santé le plus proche en cas de symptôme grippal etc.

Selon lui, le ministère de la santé et des Affaires Sociales rassure les populations du Mali que toutes les dispositions sont prises pour protéger notre pays contre le Coronavirus. Il a évoqué la mise en place d’une cellule de coordination nationale et d’un comité de crise, de la nomination d’un coordinateur qui est le Directeur général de l’Institut National de la Santé Publique le Pr Akory Ag IKNAN. « Ces outils ont pour objectifs de servir de point de contact et de conseiller aussi bien pour les autorités administratives que pour la population. Il a aussi parlé de la tenue des rencontres régulières pour faire le point de l’évolution de la situation ; veiller avec les équipes médicales à mettre en quarantaine les cas suspects et prendre en charge les cas positifs ;

Vérifier que l’unité de prise en charge des épidémies est fonctionnelle ; de l’élaboration et la validation d’un plan d’actions de prévention et de lutte contre le coronavirus avec l’implication de tous les départements ministériels partenaires ainsi que les Partenaires Techniques et Financiers du pays. Le Dr Mama Coumaré a cité les mesures draconiennes mises en place au niveau des aéroports de Bamako Senou, de Kayes, de Mopti et de Gao afin de surveiller les passagers suspects de ne pas fouler le sol malin ainsi qu’au niveau des frontières terrestres et que quatre laboratoires ont la capacité de faire le diagnostic du Coronavirus au Mali. Il s’agit du Centre Universitaire d’Excellence de Recherche Clinique (UCRC) à la faculté de médecine et d’odontostomatologie (P3), le Laboratoire de Biologie Moléculaire Appliquée (LBMA) à la faculté des sciences techniques (P2) ; le laboratoire de l’INSP (P2) et le Centre d’Infectiologie Charles Mérieux (CICM) à la base B (P3).« Nous disposons d’un laboratoire mobile qui peut être déployé dans les autres régions en cas de besoins », a-t-il alerté.

Le Professeur Ackory Ag Iknan, le coordinateur de la cellule de crise rassure que le Mali a un système de surveillance meilleur et qu’ils veilleront en faveur du renforcement du ce système pour barrer la route au coronavirus. Il a convié les maliens à éviter la diffusion des fausses rumeurs. Il a communiqué le  Numéro vert 36061 mise en place afin de permettre aux maliens de se renseigner et surtout d’informer les autorités sanitaires en cas de contact avec des individus suspects. « Nous n’allons pas fermer nos frontières et nous comptons sur notre système de surveillance.»

Moussa Samba Diallo

Source: Lerepublicainmali