Le président des Forces Alternatives pour le Renouveau et l’Emergence (FARE/AN KAN WULI), Modibo SIDIBE, a rencontré le 28 Février 2019, le président du Mouvement IRGANDA, Ousmane Issoufi Maiga. Cette rencontre qui a eu au siège du Mouvement IRGANDA, a permis aux deux parties d’échanger sur les préoccupation actuelles au Mali. Au sortir de cette entrevue, les responsables des deux délégations ont sollicité la tenue d’un dialogue national refondateur, comme la seule solution à la situation actuelle du pays.

Il va être désormais difficile pour notre pays de faire économie d’un dialogue national refondateur. De plus en plus, tous les acteurs de la vie politique nationale semble être dans cette direction, y compris les partis politiques de la majorité qu’au pouvoir, qui dans un premier temps étaient opposés à l’idée. Désormais, la question n’est plus taboue, de sorte qu’elle ne fait plus peur et est désormais comprise comme une proposition impérieuse de sortie de crise, qui n’a rien de la manœuvre politique. Pourtant, cela fait des années que les FARE et leur président se battent pour la tenue de ce dialogue qui consiste à donner la parole aux Maliens eux-mêmes afin de permettre à chacun de comprendre les véritables enjeux et  les perspectives réelles pour notre pays.

Dans son intervention le président des FARE/AN KAN WULI, Modibo SIDIBE, a salué le leadership éclairé du mouvement IRGANDA, qui pour lui est un acteur essentiel pour la sécurité et la stabilité des régions du nord du Mali. Une fois de plus le président SIDIBE a rappelé sa démarche de renouveau citoyen qui vise à mettre le Malien au cœur de la dynamique en ces termes : « je le fait pour moi-même, donc je m’engage… », une nouvelle mentalité. Il a abordé l’appréhension territoire en termes d’espace culturel habité par différentes communautés.

Pour le président des FARE, la démarche structurelle proposée par « MALI HORIZON 20303 » atteste, de la cohérence de cette démarche, car les difficultés de notre pays sont structurelles, donc les solutions doivent être structurelles. Il a aussi rappelé les remarques faites, lors des rencontres avec le premier ministre et le président du RPM à savoir que le deuxième mandat soit un mandat pour l’Histoire, avec des reformes pour la refondation de notre pays. Le président des FARE s’est appesanti sur l’impératif de refondation tout en rassurant ceux qui s’en méfient encore : « prendre 2 ans, 3 ans ou 4 ans pour reformer le Mali, c’est quoi dans la vie d’un pays…mais la non tenue de cette reforme de 3ans, 4ans peut couter l’existence même du Mali… ce n’est pas un chemin facile, en plus les récompenses ne sont pas instantanées… ». Modibo SIDIBE est convaincu et continue : « on ne peut pas laisser tel que, qu’est ce que cette fuite en avant ? Pour se précipiter a organiser un referendum constitutionnel ou des élections législatives qui n’apportent rien au pays…on va ajouter de la crispation à une situation déjà tendue… »

Pour sa part, le président du Mouvement IRGANDA, Ousmane Issoufi Maïga a salué l’initiative de cette rencontre qui a permis d’échanger sur les grandes questions de l’heure, mais surtout de faire des propositions permettant de sortir notre pays de ce marasme qui n’a que trop duré. Ainsi, le président Maiga a salué la grande vision et l’expertise du président des FARE pour l’organisation d’un dialogue national refondateur, qui va permettre au pays de rebondir.

Le président d’IRGANDA adhère à la démarche pour l’organisation très prochaine de ce dialogue national, un espace citoyen qui permettra, à tous les Maliens de discuter franchement et proposer une porte de sortie pour la situation actuelle du Mali. Auparavant, dans son intervention dans la salle, le président Maiga avait déploré toute l’opacité qui cloisonne la gestion de certaines questions essentielles : (découpage territorial, la reforme constitutionnelle, le processus de paix, l’accord d’Alger…) à des milieux restreints. Pour lui, a ce rythme, le pays va continuer à s’enfoncer, il est donc urgent d’agir en impliquant l’ensemble des communautés pour sauver notre pays.

Y.T. pour afrikinfos-mali.com