afrikinfos-mali.com – c’est ce 12 janvier 2019, à la maison des Aînés de Bamako, que le Pacte Malien pour la Refondation (PMR) a été lancé en faveur d’un point de presse. Ce mouvement réclame le dialogue national comme la seule solution et endogène à la crise que connaît le pays il y a plus de 5 ans.   

«‘’Le Pacte Malien pour la Refondation (PMR)’’ n’est pas un mouvement de plus », se justifient les responsables de ce nouveau regroupement de partis politiques, d’associations et de mouvements dont l’objectif est d’œuvrer à la tenue d’un Dialogue National Refondateur, qui permettra aux Maliens de revisiter les institutions de la république et les pratiques démocratiques en cours afin de proposer les réformes institutionnelles et de gouvernance indispensables, ainsi que les réponses endogènes adéquates pour la résolution des maux dont souffre le Mali.

Pour gagner ce pari, le PMR s’engage à mobiliser tous les acteurs politiques (Majorité comme Opposition) et ceux de la société civile pour que le Mali demeure cette Nation debout qui a fait la fierté de plusieurs générations de patriotes. Il s’agit également, pour le Pacte Malien pour la Refondation, de porter une nouvelle gouvernance des partis et regroupements politiques. L’une des missions de ce mouvement consiste aussi à mutualiser les efforts de ses membres pour la formation civique et l’éducation politique de la jeunesse afin qu’à tous les niveaux de responsabilité, la créativité des jeunes soit mise au service de la patrie.

C’est un travail d’hercule qui sera piloté par deux grandes instances, a savoir : La Conférence des délégués, composée des représentants des partis, associations et mouvements membres du Pacte et d’un comité politique qui sera composé des présidents des mêmes organisations. Avec ces atouts, le PMR se considère, désormais, comme une force de rupture crédible, porteuse d’une vraie alternative et animée par une ambition de redonner aux Maliens l’opportunité historique de se parler et de convenir du Mali qu’ils veulent bâtir, replaçant ainsi le citoyen au cœur de l’action politique.

Reconstruire un Etat solide, juste, représentatif,…

Dans d’une déclaration lue par Modibo Kadjoké, président de l’Alliance Pour le Mali (APM-Malliko), le PMR précise : « L’Etat malien est dans une crise profonde, durable et dangereuse. La situation sécuritaire, politique, économique et sociale, les conflits intercommunautaires fratricides, la dégradation continue des conditions de vie des populations maliennes, la perte de confiance des citoyens à l’égard des institutions de la république et de la classe politique, les trafics criminels en tout genre, le risque de partition du Mali et d’effondrement de l’Etat, sont des réalités quotidiennes que vivent les populations maliennes et qui exigent des réponses fortes et urgentes qu’on ne retrouve ni dans le programme politique de la majorité gouvernante, ni dans ceux de la plupart des regroupements politiques. Face à ce grave péril en la demeure et en l’absence de propositions politiques à même de relever les défis majeurs auxquels notre pays est confronté, des patriotes maliens ont décidé de créer le Pacte Malien pour la Refondation (PMR) ».

Dans sa démarche, le PMR entend prôner les valeurs d’altruisme, de travail, d’honnêteté, de justice et d’exemplarité. C’est ainsi que dans la même déclaration, Modibo Kadjoké a souligné : « Les membres du PMR se sont engagés à se consacrer fortement à la reconstruction d’un Etat malien solide, juste, représentatif, avec la ferme conviction que les problème du Mali trouveront leur solution dans une démarche endogène et inclusive qui prend en compte l’ensemble des questions qui préoccupent les populations maliennes quant au présent et à l’avenir de leur pays. Le PMR reste profondément attaché aux valeurs démocratiques et républicaines et se réserve le droit de se prononcer sur toute question concernant la vie de la Nation».

Résoudre la crise avec les Maliens eux-mêmes !

Quant à Oumar MC Koné du Bloc pour le Redressement et le Développement du Mali (BRDM), le PMR est composé de partis politiques, de mouvements et d’associations de sensibilités différentes. « Nous avons jugé nécessaire de laisser tomber toutes nos divergences pour sauver le pays avec les Maliens. Sans eux, nous ne pouvons pas trouver la solution à la situation actuelle du pays», a-t-il ajouté

Modibo Sidibé, Président des Forces Alternatives pour le Renouveau et l’Emergence (FARE) ANKA WULI, pour sa part, a déclaré : « Nous avons conscience qu’il y a un délitement au sein de l’Etat et des partis politiques. Il est important que la crédibilité soit là. C’est pourquoi, le PMR est conscient que la sortie de la crise doit venir des Maliens eux-mêmes à travers le dialogue national. Il faut reconstruire l’Etat et cela avec les Maliens. Et après on pourra parler de réformes ».

Modibo Sidibé pense également qu’il faut réconcilier la classe politique. « Les politiques doivent avoir la confiance de la population pour mieux construire la Nation. Nous devons avoir une dynamique de redressement ». Pour ce faire, le Président des FARE a aussi réaffirmé que le Pacte Malien pour la Refondation est prêt à aller avec tout le monde sans coloration politique. « Nous voulons des valeurs de crédibilité et de changement y compris au sein du pouvoir que des partis politiques et de la société civile. En politique, il y a une éthique et une morale et ensemble repensons la question : Tout pour le Mali et rien que pour le Mali», a-t-il ajouté.

Ousmane BALLO, afrikinfos-mali.com