Suite au massacre d’Ogossagou, le samedi 23 mars 2019, faisant plus de 170 morts, dont des femmes et des enfants, le parti Synergie pour un Nouveau Mali (SYNOUMA), dirigé par l’ancienne député de la commune III, Mme Touré Safiatou TRAORE, a organisé, un meeting pour dire ‘‘Non à l’amalgame’’ dans notre pays. C’était ce 30 mars 2019 au centre Manège de Lafiabougou. L’objectif de cette mobilisation était de promouvoir la paix, la réconciliation et la cohésion sociale entre tous les fils et filles du Mali.

C’était en présence des représentants de partis membres de l’Alliance EPM ; des parlementaires, notamment l’honorable Belco BAH et de la cantatrice Djénéba SECK. Le niveau de cruauté et de barbarie des violences meurtrières qui ont endeuillé tout le Mali, suite aux massacres de Dioura et d’Ogossagou au centre du Mali a surpris plus d’un. Convaincue que le silence tue plus que les armes, le parti SYNOUMA a décidé d’interpeler chaque Malien face à ce péril sur la patrie. 

À l’entame de la rencontre, une minute de silence a été observée à la mémoire des victimes de la violence dans notre pays suivi de l’exécution de l’hymne national par les enfants. Au nom du parti PSDR, Amadou SIDIBE, a souligné la noblesse de cette initiative qui vient rappeler l’ampleur de la crise que traverse notre pays. « Il faut aujourd’hui un débat national ; l’heure est au rassemblement », a-t-il préconisé.

De son côté, Ousmane Baba KANE a indiqué que nous devons tout faire pour ramener la paix dans notre pays. « Sans la paix, rien ne peut se réaliser dans notre pays », a-t-il dit. De son avis, l’horreur de Ogossagou, qui a frappé toutes les sensibilités doit nous interpeler. Toutefois, il ne doute pas quant à la capacité de notre peuple de faire la paix. « La paix est possible, car le Mali est un pays de paix. Pour ce faire, il faut le dialogue. Il faut saisir la chance que nous offre l’Accord de paix », a-t-il dit.

Pour Moussa KEITA du parti PADT, il faut imposer la paix par l’armée. Selon lui, il faut se donner la main, car le Mali a souffert de cette crise communautaire qui a été instrumentalisée. « La situation exige que tous les fils et fille de ce pays de se pardonner et de se donner la main. Échangeons autour des problèmes », a-t-il conseillé.

Mme Touré Safiatou TRAORE a souligné que c’est avec le cœur éprouvé qu’elle prenait la parole pour qu’ensemble nous créions l’espoir de la paix. Selon elle, à cause des actions des milices qui sont créées, dotées d’armes de guerre qui sèment la terreur, le Mali est considéré par certaines analystes comme un deuxième Afghanistan.

« Nous avons décidé de réagir face aux agressions contre notre pays, notamment au centre. Nous sommes surpris par l’atrocité des massacres survenus à Ogossagou. Je pense que le Malien que je connais ne peut même pas faire ça à un étranger à plus forte raison qu’à son frère. Tué un enfant devant sa mère, éventrer une femme enceinte, ça ne pas fait du comportement d’un Malien. Après ce massacre, on est en train de dire sur tous les toits que les Maliens sont en train de s’entretuer. C’est ce que souhaitent les ennemis de ce pays. C’est face à ce constat que j’ai décidé de rompre le silence avant qu’on nous fasse porter la responsabilité d’une situation qui ne nous incombe pas. Je lance un appel aux Maliens pour qu’ils comprennent que notre pays est victime d’un complot que nous devons défendre ensemble. Il est temps d’arrêter de s’accuser mutuellement pour se pencher sur le Mali dont l’existence est en cause. J’invite tous les Maliens à faire l’union sacrée autour de cette crise. Il faut éviter la guerre civile. Dès la semaine prochaine, j’irais chez moi pour aller sensibiliser les siens. C’est une guerre qui nous est imposée. Il faut que chaque Malien devienne un messager de la paix. L’heure est grave et on ne doit plus attendre le gouvernement pour s’engager à sauver la patrie », a fait savoir la présidente du parti SYNOUMA.

Rappelons que Synergie pour un nouveau Mali (SYNOUMA) a été officiellement lancée le 26 mai 2013 dont présidente et  fondatrice est , Mme Touré Safiatou Traoré.

A. O Pour afrikinfos-Mali