Parti du Rassemblement Pour le Mali (RPM) il y a deux ans, après avoir été limogé de la direction du Centre international de Conférences de Bamako (CICB) pour mauvaise gestion, Paul Ismaël Boro a lancé le 5 octobre 2019 sa propre formation politique appelée Rassemblement des Maliens (RAMA). A peine créé, ce nouveau parti s’est rangé dans l’opposition.

C’est désormais au sein de l’opposition politique que cet ancien tisserand, Paul Ismaël Boro, veut se forger une notoriété, après avoir été chassé du CICB par les siens. N’ayant pas pu digérer cette décision qui a basculé toute sa vie, Paul Ismaël Boro démissionne du RPM en juin 2017 et met en place avec d’autres proches un mouvement de soutien à l’ancien PDG de la Compagnie Malienne pour le Développement des Textiles (CMDT), Modibo Koné, à l’élection présidentielle de 2018. Il s’agit du mouvement ‘’Mali kanu’’ dont il devient plus tard le premier vice-président. En octobre 2018, Paul Ismaël Boro claque la porte de ce mouvement pour la simple raison que son président et candidat, Modibo Koné, n’a pas voulu aller dans l’opposition.

Toujours furieux, Paul Ismaël Boro qui a contribué à l’installation du régime en 2013 et qui n’a, certainement, pas eu ce qu’il cherchait, se dit prêt à le combattre avec toute son énergie. « La démarche de rupture dans laquelle nous nous inscrivons, nous oblige à reconnaître que le régime actuel a atteint son seuil d’incompétence. La difficulté dans la gestion du quotidien et la peur du lendemain ont fait que depuis six ans, chaque jour est un défi, un challenge et non une chance pour le Mali », a déclaré l'homme lors du lancement du RAMA.

Selon lui, le Rassemblement des Maliens est une nouvelle formation politique qui va créer une rupture. « Oui, nous rompons avec toutes les mauvaises pratiques politiques qui ont conduit ce pays au chaos que nous vivons aujourd’hui. La transhumance politique, la fraude électorale, l’achat des consciences, la frilosité des organes en charge des élections, la clochardisation de la chose politique sont, entre autres, les pratiques avec lesquelles le RAMA prendra toutes ses distances et qu'il combattra de toutes ses forces », a-t-il ajouté.

Considéré comme un politicien égaré et plongé dans un chômage technique forcé depuis sa démission du RPM, Paul Ismaël Boro, qui a cherché en vain à atterrir pieds joints dans un poste juteux, veut se bâtir désormais une certaine notoriété à travers sa nouvelle formation politique.

Ousmane BALLO

Source : Ziré