Un mois après le début des opérations de révision des listes électorales, l’affluence reste timide dans les centres. Cette révision, qui comprend plusieurs étapes, devrait se poursuivre jusqu’au 31 décembre. Mais l’inscription de nouveaux majeurs, les radiations, ou encore les transferts devraient prendre fin le 31 d’octobre. Où en sommes-nous avec cette opération ? Cette révision est-elle bien suivie par les citoyens ? Si « non, quelles en sont les raisons ? Reportage. 

Nous sommes à la mairie principale de la commune I du district de Bamako. Ici, au moins plus de 219 000 personnes sont inscrites sur la liste électorale. Les opérations de révision ont débuté à la date indiquée. Mais le centre cherche désespérément des usagers. Or, la présente révision doit permettre d'actualiser cette liste, explique le Secrétaire Général de la mairie de la commune I. Pour Amadou Bah, la révision se traduit par des radiations, des transferts mais aussi l'inscription des nouveaux majeurs sur la liste électorale. Selon le responsable communal, les cas de décès sont pris en compte au cours du mois Octobre 2019. Cependant, ajoute-t-il, les réclamations continuent d’être traitées jusqu'au 31 Décembre 2019.

L’affluence timide dans les centres est-il lié au manque d'information ou de sensibilisation ? Selon ce représentant de parti politique, membre de la commission de révision des listes électorales, la population est de moins en moins motivée sur tout ce qui est lié aux élections. «  Du début à aujourd'hui, les gens viennent timidement. Les bases sont déjà informées. On a lancé des appels à travers certaines radios privées. Les gens ne sont pas assez motivés, pour ne pas dire qu'ils sont découragés par les élections », nous explique Aly Yalcoué, membre de la commission de révision.

Au moment de notre passage en commune I, un seul citoyen était venu pour les besoins de cette révision de liste électorale. Administrateur civil à la retraite, il n’est pas surpris par le manque d’affluence. « Je suis un ancien administrateur, un ancien gouverneur de région, de tout temps à ce qui concerne cette révision, l'affluence a été faible », témoigne notre interlocuteur. « Il faut continuer à sensibiliser les gens afin qu'ils puissent venir vérifier l'existence de leur nom sur la liste vu que c'est la seule condition pour pouvoir voter aux futures élections », prévient-il.

Face à cette situation, les autorités lancent un appel à la population. Selon elles, ce processus n'a aucun sens sans l’adhésion massive des citoyens.

Plus d'un million de nouveaux majeurs n'ont pas pu voter lors des élections précédentes. Motif : ils n'étaient pas inscrits sur les listes électorales. Le constat est fait par l’Association des jeunes pour la citoyenneté active et la démocratie, qui vient de lancer une campagne de sensibilisation de 10 jours dans ses zones d'intervention. Cette campagne qui a débuté le 21 octobre dernier, vise à sensibiliser les citoyens sur la révision des listes électorales en cours, notamment pour l'inscription et la validation des noms des nouveaux majeurs, les cas de transferts et les radiations.

Source : Studio Tamani