Les récentes manifestations et celles programmées contre le maire de la Commune V du District de Bamako, Amadou Ouattara, ne sont autres quun complot politique tendant à lui luire dans lexercice de sa fonction. Selon plusieurs sources proches du dossier, cest un jeune influent de la Section du Rassemblement Pour le Mali (RPM) de ladite commune qui serait à la base de cette calomnie.

Il se passe rarement deux semaines sans qu’une manifestation n’ait lieu devant la Mairie de la Commune V du District de Bamako. Ces manifestations mettent tout le personnel dans une situation très pénible dans leur travail. « Depuis le 20 février dernier, je nai pas pu travailler à cause de ces manifestations », nous a confié le maire Amadou Ouattara.

La dernière manifestation date du 27 février 2019. Des jeunes sont venus réclamer la démission du maire qu’ils accusent, sans preuve, d’avoir vendu le terrain de football de Bacodjicoro, des parcelles sur le domaine de l’université à Badalabougou, le marché de Sabalibougou et une partie du cimetière du même quartier.

Interrogé, le maire Amadou Ouattara a été on ne peut plus clair. « Il faut être fou pour morceler un terrain de football. Il s’agit là d’un espace public d’intérêt commun. J’ai clairement dit que ce n’était qu'un bail, à travers lequel, un commerçant Import-export de Baco-Djicoroni, Bourama Sidibé, devrait construire des magasins le long de la clôture du terrain de football. En contrepartie, M. Sidibé s’était engagé également à aménager ledit terrain. Donc, il devait construire un siège pour les jeunes, un forage, des toilettes, deux vestiaires modernes pour les joueurs, un vestiaire pour les arbitres, une chambre pour le gardien, le gazonnage du terrain, l’éclairage du terrain et l’installation des lampadaires. Mais pour des raisons d’ordre public et en vue de l’apaisement du climat social, j’ai carrément annulé le projet. Cette décision, je l’ai prise depuis le 24 janvier 2019. Malgré cela, on continue de venir nous perturber dans notre travail. On m’accuse aussi d’avoir vendu des parcelles sur le domaine de l’université à Badalabougou, sur l’espace destiné au marché de Sabalibougou et même une partie du cimetière de Sabalibougou. Mais écoutez, je ne suis pas fou. Je suis normal et je sais avoir d’autres défis liés au développement de la Commune V qui n’ont rien à voir avec le foncier. Je sais ce qui est dernière ces manifestations, je connais également celui qui tire les ficelles. Le but, je le connais aussi. Mais, je ne dirai pas son nom pour l’instant. Une chose est sûre, la personne finira par me trouver sur son chemin », a-t-il déclaré.

Le défi de fournir les preuves !

Après avoir rappelé qu’il n’a jamais fait de spéculation foncière, le maire Amadou Ouattara met tous ses détracteurs au défi de lui fournir les documents prouvant qu’il a illégalement vendu une parcelle en Commune V du District de Bamako. « Je ne suis pas venu dans cette mairie pour m’enrichir, mais pour changer le mode d’administration des affaires communales. Mon seul objectif, c’est le développement de ma commune. Dans l’atteinte de cet objectif, si les intérêts personnels de certains se trouvent menacés, ils ne peuvent s’entreprendre qu'à eux-mêmes. J’ai signé des autorisations de construire pour des personnes que je n’ai jamais rencontrées et dont les terrains ont été vendus par l’ancienne équipe communale. Si de bons documents en bonne due forme me parviennent à travers mes services techniques pour des demandes d’autorisation de construire, qui suis-je pour refuser de les signer alors que les propriétaires ont déjà rempli toutes les conditions exigées par la mairie ? La seule chose que je demande aujourd’hui, c’est de m’apporter les documents attestant que ces parcelles se trouvent sur des domaines réservés. Je demanderai à mes services techniques de mener des enquêtes et une fois que les résultats prouveront que ces parcelles ne peuvent être construites ou ne devraient pas être vendues, je vais automatiquement annuler les autorisations de construire. Et après cela, toutes les réalisations qui y seront faites, seront détruites. J’ai lancé ce défi à tous mes détracteurs il y a longtemps et personne, à présent, n’a pu me fournir un tel document. Mais enfin, qu’est-ce que l’on me veut ? Je répète qu’il s’agit là d’un complot politique, mais je n’ai pas du tout peur  et je ne me laisserai pas du tout faire non plus. A un certain moment, il faut forcément réagir, parce que c’est mon honneur et ma dignité qui sont en jeu. C’est pourquoi, j’ai dis que je ne me réserve pas de lancer une procédure judiciaire, si jamais cette calomnie perdure », a-t-il déclaré.

Ousmane BALLO

Source : Ziré-hebdo