La force antiterroriste du G5 Sahel bénéficie de nouveaux soutiens financiers internationaux. L’Union européenne a annoncé l'octroi d’une aide de 138 millions d’euros, soit 90 milliards 522 millions de FCFA supplémentaires en faveur du fonctionnement de la force conjointe. Une annonce faite ce mardi (09/07/2019) à Ouagadougou par la Haute représentante de l'UE pour les affaires étrangères lors de la cinquième réunion interministérielle. Pour certains observateurs, il s’agit d’une bonne nouvelle pour le G5 Sahel. Mais selon eux, la force conjointe doit se donner les moyens de financer son fonctionnement.

Cette rencontre a enregistré la participation des ministres des affaires étrangères des pays membre du G5 Sahel dont le ministre malien Tièbilé Drame. La nouvelle contribution de l'Union européenne de 138 millions d'euros devrait permettre à la force de mener à bien sa lutte contre les djihadistes dans le Sahel. « Cette aide s'ajoute à d'autres contributions déjà acquises », précise Federica Mogherini Haute représentante de l'UE pour les affaires étrangères.
Au cours de cette cinquième réunion interministérielle, l'urgence du démantèlement et du désarmement des milices a été souligné par les différentes parties. Préoccupés par la dégradation de la situation sécuritaire et humanitaire dans l’espace G5 Sahel, les participants appellent à une réaction déterminée et concertée des pays concernés et leurs partenaires. D’où la nécessité de renforcer les capacités des forces armées de chaque pays, selon Alpha Barry, le ministre burkinabé des affaires étrangères.
Selon un communiqué à l’issue de cette réunion, l’UE et le G5 Sahel ont réaffirmé leur “détermination à œuvrer pour l’opérationnalisation de la force conjointe, y compris sa composante police, et la mise en œuvre du cadre de conformité des droits de l’homme et du droit international humanitaire”.
Pour rappel, les besoins de la force G5 Sahel ont été évalués à 250 millions d’euros pour sa mise en place. Cette aide de l'UE s’ajoute à celles, déjà annoncées, des partenaires réunis au sein de la « coalition Sahel », notamment des enveloppes de 50 millions d’euros de l’UE et de 60 millions de dollars des États-Unis.
« Ce financement de l'Union Européenne est relativement une bonne nouvelle pour le G5 Sahel. Cependant, la force conjointe doit chercher les moyens de s'autofinancer pour plus d'efficacité et d'autonomie ». C'est ce que pensent certains analystes des questions sécuritaires. Selon eux, la pérennité de cette force dépend sûrement du financement de ses pays membres.

Source : Studio Tamani