Les États-Unis, l'Allemagne, le Canada, la Chine et la Grande-Bretagne devancent Paris, selon le baromètre réalisé par l'institut Immar et le Conseil français des investisseurs en Afrique (Cian). Les États-Unis sont désormais le pays préféré des leaders africains.

Certes l'arrivée de quatre nouveaux pays dans le baromètre, l'Égypte, le Nigeria, l'Éthiopie et le Kenya, a fait mécaniquement remonter les États-Unis et le Canada ; et tout aussi mécaniquement reculer la France à la sixième place. Mais il demeure que Paris, englué dans une relation émotionnelle avec ses anciennes colonies, peine à convaincre les leaders africains interrogés par l'Institut Immar pour cette étude réalisée auprès des leaders économiques, politiques, culturels et sociaux dans douze pays répartis dans l'ensemble du continent, à l'exception toutefois de l'Afrique australe.

Alors que la sécurité est de loin la première préoccupation de ces leaders, l'intervention française au Sahel semble peser sur la cote d'amour, souligne le président du Cian Etienne Giros, qui note que le « french bashing » est devenu à la mode.

« Ces débats permanents qu'on a sur la colonisation, sur le passé, sur nos relations, sur la Françafrique, donnent une connotation à notre relation, analyse l'expert. La deuxième chose, c'est que la France est très présente en Afrique, sur tout le spectre de l'activité humaine. Économiquement mais aussi militairement, diplomatiquement, culturellement avec la langue et historiquement. Donc c'est une manière de donner des accroches à la critique, puisqu'on se connait bien. Il y a un phénomène assez nouveau que l'on constate cette année, c'est que les pays qui connaissent des crises internes, politiques ou sécuritaires, sont ceux qui ont la moins bonne image de la France. C'est comme s'il y avait une espèce de responsabilité attribuée à la France de leur difficulté. Le Cameroun, le Burkina Faso, qui ont quelques difficultés internes, ont vu leur image de la France se dégrader. »

Résultat : sur les seuls pays francophones du panel, la France se classe neuvième au rang des partenaires jugés bénéfiques, juste devant la Belgique, bon dernier.

Cependant, si l'image de la France est dégradée, celle de ses entreprises reste bonne. Paris en classe deux dans le Top 10 des marques les plus appréciées, Orange et Renault. Un classement où le nombre d'entreprises africaines progresse. Comme le groupe Dangoté et l'avionneur Ethiopian Airlines. Quant aux personnalités de l'année, les leaders africains plébiscitent, et de loin, Paul Kagame le président rwandais, devant le milliardaire nigérian Aliko Dangoté.

Source: RFI