Afin de dénoncer le mauvais état de la route Kayes-Bamako, les Kayesiens ont décidé de durcir le ton le vendredi 23 août prochain en lançant une vaste opération de blocage de la route Bamako-Kayes.

En signe de protestation contre l’impraticabilité de l’axe Bamako-Kayes, les kayesiens ont décidé d’organiser une grande manifestation. L’appel est largement relayé sur les réseaux sociaux.

Mamedy Dioula Dramé, un activiste, a lancé, dans une vidéo sur internet, un appel aux populations des régions de Kayes et de Koulikoro pour une bonne réussite de la manifestation : «Nous avons décidé de bloquer toutes les voies d’accès aux régions de Koulikoro et de Kayes jusqu’à ce que la route nationale Bamako- Kayes soit réparée, que le train redémarre et jusqu’à ce que l’aéroport internationale Dag Dag soit opérationnelle».

Les initiateurs espèrent rallier à leur cause plusieurs personnalités des deux régions, y compris des officiels. «Toutes les populations (les mouvements, les associations, les chroniqueurs, les artistes, les députés, les opérateurs économiques, les conseillers communaux….) de ces deux régions sont appelées à s’impliquer pour la réussite de la manifestation », a indiqué Mamedy Dramé.

La mobilisation, selon ce dernier, vise à protéger les intérêts de la population qui souffre depuis plusieurs années des conséquences de la dégradation des voies de communication. «Nous avons besoin d’une route pour sécuriser nos vies, nous avons besoin de notre train pour sauver des vies, nous avons besoin de notre aéroport pour récompenser ceux qui ont accepté d’aller braver le froid, le désert afin d’envoyer quelque chose à leur famille…», a -t-il fait savoir.

L’état de la route nationale Bamako-Kayes est dans un état de dégradation très poussée. Cela inquiète les usagers, surtout en cette période de grandes pluies. Les difficultés sont énormes pour rallier la capitale et vice versa. Encore le dimanche dernier, un car de transport qui a quitté Kayes pour Bamako s'est renversé dans le village de Wolokoro, dans le cercle de Didjeni. Bilan : il y a eu plusieurs blessés graves.

Mohamed Sylla, un jeune de Kayes, en appelle à la promptitude des autorités, pour faciliter la mobilité dans sa région, par la construction et la bonne tenue des routes. Les populations de Kayes attendent avec beaucoup d'impatience que leurs routes soient améliorées et rêvent de voir leur fief devenir enfin ce grand pôle économique et industriel promis par le président Ibrahim Boubacar Kéïta. «Pour ce faire, il faut qu'on nous débarrasse de ces routes cahoteuses qui découragent les usagers et les promoteurs économiques », souligne M. Sylla.

Grâce à des routes en bon état, a-t-il ajouté, les chutes de Gouina, une des curiosités de la région, pourront être une source inestimable de richesse avec l'arrivée des touristes. Située à l’extrême ouest du Mali, Kayes regorge de mines d'or. L'exploitation des mines est dominée par les multinationales.

Madiassa Kaba Diakité

Source: Lerepublicainmali