Ahmed BOUTACHE, président du CSA

Bamako- depuis le 15 juillet 2019, le Comité de Suivi de l’Accord (CSA) au Mali connaît un blocage à cause d’une crise au sein de la Plateforme des groupes armés. Selon un haut responsable du Comité, lors de la dernière session du CSA, un leader de la plateforme, issu du Mouvement Arabe de l’Azawad (MAA),  a été chassé de la salle pour indiscipline.

« Le 15 juillet 2019,  lors de la session du Comité de Suivi de l’Accord (CSA), un leader du Mouvement Arabe de l’Azawad (MAA), membre de la plateforme, a été chassé de la salle pour indiscipline. Les autres membres lui ont été solidaires et ont boycotté la session. Pour être clair, la dernière session du CSA s’est déroulée sans la plateforme des groupes armés », a témoigné notre interlocuteur.

Selon lui, au-delà de cette attitude, une sérieuse crise existe entre les composantes de la plateforme. Il s’agit principalement du Mouvement Arabe de l’Azawad (MAA) et du Groupe Autodéfense Touareg Imghad et Alliés (Gatia), tous pour l’intégrité territoriale.

Pour permettre la tenue régulière des sessions du CSA, le Gouvernement du Mali et la médiation à travers le Président du CSA, l’Algérien Ahmed BOUTACHE, ont décidé de prendre le dossier en mains tout en invitant les différents protagonistes autour de la même table. Ainsi depuis le 26 Juillet 2019, des rencontres et échanges se déroulent à huis clos à l’Hôtel de l’Amitié de Bamako. Initiées par le Gouvernement du Mali, ces concertations visent à réconcilier les Groupes Armés de la Plateforme et à les convaincre à regagner le CSA pour la poursuite de la mise en œuvre de l’Accord pour la Paix et la Réconciliation, issu du processus d’Alger.

Ces travaux, dirigés par le ministre des Affaires étrangères et de la Coopération internationale, Tiébilé DRAME, et son homologue en charge de la Cohésion sociale, de la Paix et de la Réconciliation nationale, Lassine BOUARE, se tiennent en présence des personnalités influentes. Il s’agit, entre autres, de l’Imam de la Grande Mosquée de Tombouctou, Abdramane Ben Essayouti ;  l’ancien Premier ministre, Ousmane Issoufi Maïga, le président des Autorités Intérimaire de Tombouctou, Boubacar Ould Hamadi ; etc.

Ousmane BALLO/ Afrikinfos-Mali