C’est dans le cadre de son appui au gouvernement du Mali pour une meilleure gestion des finances que l’USAID, à travers son Programme de Gouvernance Locale (Mali SNGP-USAID), vient d’entamer, une fois de plus, une formation de cinq jours (08 au 12 juillet 2019) à l’endroit des inspecteurs de plusieurs départements ministériels sur les  techniques et outils de performance. Cela, en collaboration avec le ministère de l’Elevage et de la che.

Cette formation dont la cérémonie d’ouverture a eu lieu le 08 juillet 2019, sous la présidence de la ministre de l’Elevage et de la Pêche, Mme Kané Rokia Maguiraga, permettra aux inspecteurs de mieux comprendre les techniques et de s’approprier les outils d’inspection afin de mener leurs missions conformément aux normes internationales. 

Selon la responsable du Programme de Gouvernance Locale, Mme Diarra Zeynabou N’Diaye, c’est  compte tenu de l’importance de ce programme, que le Mali est soutenu sur ces chantiers par les partenaires techniques et financiers. C’est ainsi que, avance-t-elle, le gouvernement américain s’est engagé auprès du peuple malien à travers ce  programme (Mali SNGP). Ainsi depuis quelques mois, ledit programme de l’USAID multiplie ses actions afin de renforcer les capacités de gestion des différentes structures étatiques du Mali pour une meilleure gestion des finances publiques. Pour ce faire, plusieurs inspecteurs des différents départements ministériels sont présents à cette formation.

Pour Mme Diarra Zeynabou N’Diaye, ce programme concourt sans nul doute à la réalisation de la vision nationale sur les structures de contrôle au Mali. « Le cadre de concertation que vous avez initié entre le Contrôle Général des Services Publics, la Section des Comptes de la Cour Suprême et le Bureau du Vérificateur Général, depuis le 26 mai 2018, ainsi que le Travail avec les inspections ministérielles, va aider davantage le gouvernement dans la Coordination et l’exécution des missions de contrôle afin d’avoir plus d’impact avec les citoyens. Il permettra également aux structures de se renforcer mutuellement et de mettre à la disposition du citoyen des informations sur la gestion des ressources publiques et l’atteinte des résultats selon les principes de la gestion axée sur les résultats, du budget programme et d’accroître la redevabilité des gestionnaires publics », a-t-elle déclaré.  

Quant à Mme Kané Rokia Maguiraga, elle a situé la nécessité d'une telle formation : « Ce programme d’une série de trois sessions de formation, initié par l’inspection de l’Elevage et de la pêche en collaboration avec le Programme de Gouvernance Locale, est préparé à répondre à un besoin urgent de renforcement de capacités techniques des services d’inspections en matière d’Audit de performance et de son utilisation dans les activités quotidiennes. Le programme de formation sous-tend la réalisation d’une mission inscrite dans les textes de création des inspections, mais souvent occupé ou partiellement mise en œuvre, à savoir: l’Appui Conseil et l’accompagnement des structures techniques dans l’attente des objectifs. En effet, selon les dispositions législatives, il incombe à l’inspection d’assister le service et le personnel par des conseils de gestion ou d’aide à l’organisation ou encore par la mise en œuvre des programmes d’information, de formation pouvant contribuer au renforcement de leurs capacités et à une gestion saine des services et derniers publics. Il est alors évidant que les actions des inspecteurs doivent aller au-delà des activités classiques de vérification de gestion pour inclure l’audit de performance qui est l’outil idoine pour donner tous les éléments d’appréciation aux autorités nationales pour une prise de décision pertinente sans difficultés et dans l’intérêt national. »

La ministre de l’Elevage et de la Pêche a également ajouté que « faute d’une formation spécifique dans le domaine de l’inspection, du contrôle et de l’Audit, la structuration de ces programmes d’activités et l’exploitation des résultats recueillis présentent certaines faiblesses qui limitent leur impact potentiel sur l’amélioration des prestations du département. »

Chez les inspecteurs, la formation est perçue comme une opportunité : « Nous remercions très sincèrement le département de l’Elevage et de la Pêche, mais surtout les acteurs du Programme de Gouvernance Locale d’avoir initié cette formation pour nous. Je demande aux inspecteurs de suivre avec intérêt les différents modules », a souligné Mahamadou Sacko, inspecteur en chef à l’Inspection du ministère de l’Elevage et de la Pêche.

Amadou Basso     

Source: Ziré-Hebdo