Situation militaire du théâtre

La force Barkhane poursuit son effort dans la région du Liptako-Gourma, d’une superficie équivalant à un quart du territoire métropolitain français, par le biais d’opérations, d’actions au profit de la population, et en appuyant les forces partenaires.

Le MRTT participe à la relève des M2000D à N’djamena

Le 18 juin 2019, l’A330 Phénix de la 31e Escadre de Ravitaillement et de transport stratégiques (31e EARTS) s’est posé pour la première fois à Ndjamena après avoir effectué une mission de convoyage d’avion d’armes. En ravitaillant en vol les M2000D de France jusqu’au Tchad, il a ainsi pleinement contribué à la réussite de la relève des MIRAGE du fuseau Est de Barkhane.

Cette mission de convoyage se déroulait dans le cadre de la relève d’avions de combat M2000D de l’opération Barkhane. Elle fait partie intégrante des missions nécessaires à la qualification opérationnelle de l’avion mais aussi à l’aguerrissement des équipages aux missions multi-rôle qui leur seront confiées.

Après une nuit passée sur place, le Phénix a repris son envol vers la base d’Istres, toujours en mission de convoyage d’avion d’armes.

Sécurité et aide à la population : Barkhane pleinement impliqué dans la stratégie 3D (diplomatie, défense, développement)

Barkhane inscrit son action dans le cadre de la stratégie « 3D » (Diplomatie, Défense, Développement) de la France au Sahel. Elle agit en lien étroit avec les acteurs politiques, diplomatiques et économiques du Sahel, afin de consolider les gains sécuritaires obtenus. A leur niveau, les forces armées contribuent à rétablir et consolider les conditions de sécurité nécessaires à l’action des acteurs de développement et de gouvernance, tout en continuant à lutter contre les groupes armés terroristes.  Il s’agit d’œuvrer au retour de l’État et à l’amélioration des conditions de vie de la population, luttant ainsi contre la constitution d’un terreau propice à la violence et au développement des groupes armés terroristes.

En quoi consistent les actions civilo-militaires ?

Par ses modes d’action, Barkhane agit au contact des populations locales. Elle est en mesure d’identifier leurs besoins essentiels et y apporter une première réponse, non seulement d’ordre sécuritaire, mais aussi matériel par le biais des actions civilo-militaires (CIMIC).

Il s’agit de reconstruction d’écoles, de remise en fonction de puits, de projets d’irrigations, de maraîchage…

Ces actions CIMIC s’inscrivent dans une dynamique globale permettant de consolider durablement les gains de la sécurisation du territoire. Elles sont complémentaires des solutions mises en œuvre par les acteurs français et régionaux du développement, avec lesquels Barkhane agit en étroite coopération.

Bilan de Barkhane :

Depuis le 1er janvier 2019, plus de 30 projets civilo-militaires ont été menés au profit de la population, dont 13 projets à destination de celle de la région du Liptako-Gourma. Parmi ces réalisations, notamment 4 projets d’infrastructure, 2 projets d’adduction d’eau, 5 projets en lien avec l’éducation et l’accès à l’information.

Par ailleurs, Barkhane continue de réaliser en moyenne plus de 70 consultations et plus de 300 soins par jour au profit de la population malienne, tchadienne et nigérienne. Plus de 20 actes techniques (imagerie et laboratoire) et près de 3 interventions chirurgicales sont également réalisés quotidiennement à leur profit.

Comment l’action de Barkhane s’articule-t-elle avec celle des autres acteurs du développement ?

Afin de renforcer l’articulation entre opérations militaires, action de stabilisation de court terme et actions de développement de plus long terme, un dialogue régulier a été mis en place entre les acteurs militaires de l’opération Barkhane, ceux de la stabilisation et ceux du développement, tant au niveau stratégique, qu’aux niveaux opératif et tactique. Ainsi :

des Task Force et des groupes de travail ont été mis en place à Paris et dans les capitales sahéliennes (Bamako, Niamey, Ouagadougou) depuis janvier 2018 ;

l’Agence française de développement (AFD) a détaché un chargé de mission développement auprès de Barkhane depuis septembre 2018 ;

La mission pour la stabilisation du centre de crise et de soutien (CDCS) du ministère de l’Europe et des affaires étrangères (MEAE) a déployé un expert à Menaka auprès de Barkhane en mars 2019, pour identifier les besoins des populations au plus près des opérations, monter des projets pertinents et articulés avec les actions CIMIC, suivre leur mise en œuvre et évaluer leur impact, ainsi que faire le lien avec les autorités locales. À terme, ce déploiement temporaire pourrait devenir permanent. De façon générale, la Mission pour la stabilisation du CDCS finance des projets en appui à la sortie de crise, dans des délais pouvant être très courts, afin de faire rapidement bénéficier les populations des « dividendes de la Paix ». Au Mali, la Mission pour la stabilisation agit en lien étroit avec l’Ambassade de France au Mali, et en complément des actions de la force Barkhane ainsi que celles des acteurs du développement.

Ce dialogue s’est matérialisé sur le terrain par des premières réalisations :

en 2018, la Mission pour la Stabilisation du CDCS du MEAE a soutenu plusieurs projets à Ménaka (relèvement socio-économique, réconciliation) ;

en 2019, elle prévoit de consolider les progrès dans le Liptako à travers un projet d’appui aux forces de sécurité intérieure et de mettre l’accent sur la zone du Gourma ;

simultanément, les premiers projets de l’AFD ont démarré dans le Liptako. 

Contact presse : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.