C’est dans le but d'aller beaucoup plus vers une inclusion totale en terme de droits humains que le projet  "Plateforme VIH et Handicap" a organisé ce 27 juin 2019 une journée de formation à l’endroit d’une trentaine d’hommes de médias. C'était au siège de la Fédération Malienne des Associations des Personnes Handicapées.

Cette formation vise essentiellement à mieux communiquer sur la question des personnes vivant avec un handicap afin que celles-ci puissent  jouir de tous les droits humains. Ainsi, pour impliquer davantage les hommes de médias dans ce combat, plusieurs modules ont été dispensés lors de cette formation afin qu’ils puissent mieux comprendre l'essentiel sur le concept des personnes handicapées. L’un des  modules développés est ‘’comprendre l'essentiel sur le concept de personnes handicapées’’ .

Selon les responsables de la Plateforme, malgré la ratification de la convention internationale relative aux droits des personnes handicapées (CDPH) en 2018, une loi qui a pour objectif de protéger, promouvoir et assurer la pleine et égale jouissance de tous les droits humains et de toutes les libertés fondamentales aux personnes et de garantir le respect de leur dignité intrinsèque, des gros efforts restent toujours à fournir pour faire connaître non seulement ladite convention mais aussi de comprendre les besoins spécifiques des personnes handicapées au Mali. Il s’agit particulièrement, de leur offrir des services inclusifs de santé à tous les niveaux.

A la question de savoir si les médias contribuent réellement à promouvoir une société conçue pour tous, notamment pour les personnes handicapées,  Emmanuel Théra, chargé de plaidoyer au projet VIH et Handicap, répond: «Nous restons convaincus qu'en agissant sur la culture médiatique, nous pouvons amener les hommes de médias à se départir d'images négatives persistantes dans les manières de donner à lire, à voir et à comprendre le handicap: réduction de la maladie, confusion entre handicap et l'indigence au détriment de la diversité des situations à l'encontre même d'une société inclusive. A travers une communication basée sur les droits, les professionnels de la communication et de l'information ont le pouvoir de changer les comportements et combattre les préjugés sur le handicap, notamment dans la lutte contre le VIH.»

Aller vers le concept  droits humains pour les personnes handicapées !

Pour les responsables de la Plateforme VIH et Handicap, il est temps de dépasser le cadre de simple charité ou pitié pour aller vers le concept ‘’droits humains’’ où la personne en situation de handicap peut être autonome vis-à-vis des autres. «Tout ce qui touche la dimension de handicap, touche tout le monde. Mais, il faut maintenant comprendre l'aspect droits humains parce que dans notre perception traditionnelle, les personnes handicapées sont des sujets dont il faut avoir un certains nombre de pitié. Autour de cette pitié, il y a seulement une politique de don ou de charité. Donc désormais, à travers vous les journalistes, nous voulons que cette perception chance. Les personnes handicapées doivent avoir toutes les dimensions de droits humains. Il faut voir la personne d'abord avant sa situation naturelle. Et cela ne peut se faire qu'à travers votre secteur de communication sur laquelle nous comptons beaucoup», a déclaré Moctar Bah, président de la Fédération Malienne des Associations des Personnes Handicapées (FEMAPH).

Pour le formateur Issa Sissoko, cette initiative vise aussi à équilibrer les lignes de traitement des informations à travers les différents canaux de communication. «Nous voulons aussi, à travers cette formation, minimiser les articles contradictoires sur la perception ou concept de personnes handicapées. Il faut que les journalistes maîtrisent les différents types de handicap, l'évolution des termes appropriés pour ne pas souvent vexer dans les moments de traitement des informations», a-t-il ajouté.

A travers cette formation, la Plateforme VIH et Handicap, en collaboration avec la FEMAPH, veut instaurer un vrai plan de communication constant et consistant visant à défendre les personnes en situation de handicap.

Amadou Kodio / Afrikinfos-Mali