Le Mali est l'un des 12 pays partenaires sélectionnés par les États-Unis d’Amérique pour cette nouvelle phase de l'initiative « Feed the Future » du gouvernement américain. À travers l’USAID, ce pays ami du Mali vient de mobiliser 24 millions de dollars, soit environ 12 milliards de F CFA, pour appuyer le Plan national d’investissement agricole (PNIA).

Ce 27 juin 2019, l'Ambassadeur des États-Unis d'Amérique au Mali, Dennis B. HANKINS et le ministre de l’Agriculture, Moulaye Ahmed BOUBACAR, ont officiellement procédé au lancement de ce partenariat entre le gouvernement des États-Unis et celui du Mali. L'événement, qui s'est tenu à l'Ambassade des États-Unis à Bamako, a mis en lumière les activités de la nouvelle stratégie qui renforceront la résilience et la croissance agricole et amélioreront la nutrition pour des millions de Maliens.

Ainsi, à travers cette cérémonie, le gouvernement américain renouvelle son engagement en faveur de la sécurité alimentaire au Mali pour une croissance économique axée sur l’agriculture.

La stratégie quinquennale s'appuie sur les initiatives « Feed the Future » de l'USAID, actuellement en cours, et soutient le Plan national d'Investissement agricole du Mali ainsi que le Plan d'Action Multisectoriel pour la nutrition et les priorités nationales en matière de résilience.

Grâce à une croissance économique inclusive et durable axée sur l'agriculture, les activités prévues dans le plan vont améliorer la nutrition et renforcer la résilience des populations vulnérables dans les régions de Sikasso, Koutiala, Bougouni, Mopti et Tombouctou.

En plus du Mali, le Bangladesh, l'Éthiopie, le Ghana, le Guatemala, le Honduras, le Kenya, le Népal, le Niger, le Nigéria, le Sénégal et l'Ouganda figurent parmi les 12 pays partenaires sélectionnés par les États-Unis pour cette deuxième phase de l'initiative « Feed the Future » du gouvernement américain.

Lors de la cérémonie de lancement, M. HANKINS a souligné : « La nouvelle stratégie quinquennale investit dans l'agriculture malienne. Elle permettra d'améliorer les perspectives économiques et aidera les familles à produire des aliments de haute qualité générant des revenus, permettant aux communautés de faire face aux difficultés. »

Le plan soutient des activités innovantes visant à accroître la productivité agricole du maïs, du riz, du sorgho/mil et du bétail et à aider les familles à utiliser de nouvelles techniques pour la culture de légumes et l'agroforesterie, lesquelles permettront d'améliorer la diversité et la subsistance alimentaires.

Dans le cadre de ce plan, l'USAID et « Feed the Future » encourageront également la collaboration avec des partenaires du secteur privé afin d'apporter des solutions innovantes aux défis de l'agriculture au Mali. Par ailleurs, le plan quinquennal vise à accroître les débouchés commerciaux nationaux et internationaux pour les produits agricoles du Mali.

Dans son intervention, le ministre de l’Agriculture du Mali a indiqué que le pays possède d'énormes potentiels dans le secteur du développement rural non encore exploités judicieusement. En 2018, a-t-il rappelé, le secteur primaire a occupé environ 80% de la population active, fournit près de 20% des recettes d'exportations à travers le coton, le bétail sur pied, les cuirs et peaux, le poisson, les fruits et légumes et la gomme arabique et contribue pour 32,2% au Produit Intérieur Brut (PIB) réparti comme suit: agriculture vivrière (12%), coton (2,6%), élevage (12,4%), pêche (2,6%), exploitation forestière (2,2%) et activités extractives (0,4 %).

Selon lui, le Plan national d'Investissement agricole (PNIA) 2015-2025 du gouvernement vise à renforcer le secteur agricole de manière à en faire le principal moteur de la croissance économique en vue de lutter contre la faim, la malnutrition et la pauvreté.

Après la cérémonie de lancement, l'Ambassadeur HANKINS et les ministres ont visité la foire agricole dans les locaux de l'ambassade des États-Unis où l'ambassadeur HANKINS, les ministres et les invités ont assisté à une exposition de produits agricoles et à la présentation des résultats des programmes par les partenaires et les bénéficiaires de « Feed the Future ».

Abdoulaye OUATTARA / Afrikinfos-Mali