Ce 21 juin 2019, des milliers de manifestants étaient dans la rue pour exiger la fin des massacres au centre du pays. ‘’Sécurisez les civils’’ ; ‘’bannissons les propos de la révolte’’ ; ‘’halte à l’amalgame’’ ; ‘’sa suffit à Mopti’’, ‘’on a trop souffert’’ ; ‘’nous voulons pays’’, c’était, entre autres, les cris de détresse de ces marcheurs.

De la bourse du travail jusqu’au monument de l’Indépendance, les manifestants ont exprimé leur mécontentement face à la recrudescence de l’insécurité au centre du pays. Ils ont également appelé le Gouvernement du Mali à tout faire pour protéger les personnes et leurs biens. «Nous ne comprenons pas le rôle des forces étrangères dans notre sol. Ils ont pour mandat de protéger les populations civiles, mais c’est la désolation qu’on enregistre chaque jour dans nos villages. Si elles ne sont pas prêtes à nous soutenir qu’elles quittent notre pays », a déclaré Aly Dolo, un responsable du collectif des ressortissants de la région de Mopti.

Dans une déclaration, le collectif demande à l’Etat : d’assurer la forte présence de l’armée dans la région de Mopti ; la mis en place d’un dispositif d’alerte précoce permettant aux Forces Armées et de Sécurité du Mali d’intervenir rapidement sur le terrain pour protéger les populations ; le retour de l’administration dans les toutes les localités du centre; l’assistance aux déplacés ; et d’implication réelles des autorités coutumières et administratives locales dans la résolution de cette crise qui sévit dans le centre du pays il y a plus de quatre ans.

Ousmane BALLO / Afrikinfos-Mali