La 20ème édition de la Quinzaine de l’Environnement a été officiellement lancée ce 10 juin 2019, sous le parrainage du Dr Boubou CISSE, Premier ministre, chef du gouvernement. Ce rendez-vous annuel est une période marquée par d’intenses activités de sensibilisation au Mali pour le changement de comportement en termes de gestion de l’environnement. Tenue dans les berges du Fleuve Niger au Palais de la Culture, la cérémonie a regroupé les membres du gouvernement, les ambassadeurs des pays amis du Mali, ainsi que des partenaires techniques et financiers.

Depuis 20 ans maintenant, le Mali célèbre la Quinzaine de l’environnement à travers le Ministère de l’Environnement et du Développement Durable. Elle s’inscrit entre deux dates majeures : la journée mondiale de l’Environnement le 05 juin dont le thème de cette année est : « la Pollution de l’air » et la journée internationale de lutte contre la désertification le 17 juin qui a pour thème : « 25 cultivons l’avenir ensemble ». Elle se déroule sur l’ensemble du territoire national et constitue le cadre approprié de mener une campagne de communication à grande échelle pour le changement de comportement.

C’est pourquoi, la cérémonie d’ouverture a été marquée par la présentation de deux sketchs sur des thématiques variées et axées sur la gestion durable de nos ressources naturelles. Le premier présenté par le groupe "star scène" portait sur la pollution des eaux du fleuve due aux pratiques quotidiennes de certaines personnes (déversement de déchets plastiques, activité de maraîchage dans le lit du fleuve, tannerie, teinturerie, activités de dragage sur le fleuve, constructions anarchiques dans les berges, etc.). La célèbre troupe N’gnogolon a réalisé sa pièce sur la pollution de l’air provoquée essentiellement par les unités industrielles, le brulage de pneus très fréquent à Bamako et les moyens de déplacement.

Face à cette résurgence de l’insalubrité qui devient chronique au Mali et particulière dans le District de Bamako, Housseiny Amion GUINDO, Ministre de l’Environnement, de l’Assainissement et du Développement Durable s’est dit profondément inquiet. Il a, cependant, annoncé plusieurs nouvelles dispositions qui seront prises pour sortir notre capitale de cette impasse. Au nombre de ces grands chantiers on peut citer : la création d’une brigade de 3.000 jeunes qui vont mener des actions de sensibilisation de la population sur l’environnement à travers la ville pour la culture d’une citoyenneté environnementale, la mise en œuvre du programme de l’aménagement des berges du fleuves exécutée par l’Agence du Bassin du Fleuve Niger (ABFN), la mise en œuvre d’un programme de traitement des eaux usées industrielles dans toutes les grandes villes du Mali d’ici à 2030.

Ce n’est pas tout, le Ministre GUINDO a également souligné l’aménagement des ouvrages d’assainissement et l’évacuation des dépôts de transits dans les différentes communes avant le 31 Août 2019 en vue de faciliter la gestion des déchets et l’opérationnalisation effective de la décharge finale de Noumoubougou. Ces mesures seront renforcées par la mise en œuvre de projets de transformations de déchets plastiques qui devra permettre de commercialiser les déchets plastiques à 200F le kilo contre 125F le kilo. Une initiative qui va générer beaucoup d’emplois pour la jeunesse a laissé entendre le chef du département de l’environnement.

Les partenaires techniques et financiers (PTF) du Mali n’entendent pas rester en marche de ce combat combien noble pour la protection de l’environnement qui reste un défi planétaire. Ainsi KANNE WALL de l’Ambassade de Suède et non moins représentante des PTF a réitéré leur soutien total aux autorités maliennes pour réussir ce challenge. Elle a affirmé que le bien être des communautés doit être une priorité absolue pour tous en vue de circonscrire les conflits liés à la gestion des ressources naturelles au Mali.

A noter que cette 20ème  édition de la Quinzaine de l’Environnement est la 15ème  célébration de l’événement dans District de Bamako. Elle revient ainsi, après l’étape de Ségou en 2014, Sikasso en 2015, Kayes en 2016, Mopti en 2017 et Koulikoro en 2018.

Modibo OUATTARA / Afrikinfos-Mali