Le Chef de cabinet du ministère des Maliens de l’extérieur, Cheick Oumar COULIBALY, accompagné de ses principaux collaborateurs, dont le HCME, ont accueilli ce 5 juin 2019, aux environs de 16 heures, à l’aéroport international président Modibo KEITA-Sénou, un contingent de 25 migrants Maliens en provenance de l’Angola.

Le ministère des Maliens de l’extérieur continue sa série de rapatriement des migrants maliens en détresse sur le territoire Angolais. Estimés à 34 000 personnes dont environ 8 000 détenteurs de la Carte NINA, depuis 2018, la situation de nos compatriotes en Angola est jugée préoccupante et elle est surveillée de près par les plus hautes autorités qui organisent régulièrement des opérations de rapatriement. Depuis décembre 2018 plus 100 personnes ont été rapatriées de l’Angola dont plus de la moitié est prise en charge par l’Etat malien et le reste par son partenaire l’Organisation Internationale pour les Migrations (OIM). L’objectif du gouvernement, c’est de rapatrier un maximum de compatriotes, a indiqué le chef de cabinet du ME, M. Cheick Oumar COULIBALY. Il a également assuré que des dispositions sont en cours pour maintenir cette cadence de rapatriement dès le mois de janvier prochain.

Selon lui, face aux conditions d’accueils qui devenaient de plus en plus difficiles pour eux, nos compatriotes qui ont des documents établis par l’Ambassade du Mali en Angola ont décidé de rentrer de manière volontaire au pays. Le Chef de cabinet a rappelé que dans le cadre de ces rapatriements volontaires, le président de la république avait engagé une vision politique qui consisterait à sensibiliser, à informer les Maliens qui résideraient à l’extérieur.

«Nous avons mis des mécanismes en place au niveau du département et de la délégation générale des maliens de l’extérieur pour permettre de leur insertion dans les tissus économiques sociales, notamment à trouver des espaces et les apprendre à monter les projets et à leur trouver des conditions de facilitation de ces projets pour leurs mises en œuvre.  Ça peut être de l’embauche bovine, le maraichage ou pisciculture. etc.», a indiqué M. COULIBALY.

Pour sa part, Mme Oulémata SOW, porte-parole de migrant, a remercié le président de la République, Ibrahim B KEITA, et le premier Ministre, le Dr Boubou CISSÉ, ministre des Finances et de l’économie, pour diligenter et réunir les conditions pour leurs rapatriements volontaires à travers le département des Maliens de l’Extérieur. Selon elle les autorités angolaises ne respectent plus les lois d’immigration, notamment la Charte africaine sur la migration. Ce qui rend difficile les conditions de vie et de travail pour les migrants dans ce pays.

Abdoulaye OUATTARA / Afrikinfos-Mali