Le paludisme pendant la grossesse est une cause majeure d'anémie maternelle et d'insuffisance pondérale à la naissance, entraînant aussi une mortalité maternelle et infantile importante et un développement infantile insuffisant chez les femmes. Pour lutter efficacement contre le fléau, le Malaria Research and Training Center-Parasitologie de l'Université des Sciences Techniques et Technologiques de Bamako (MRTC-USTTB), engagé pour l'élimination du paludisme, a lancé un projet appelé  ‘’PYRAPREG’’. C’était le lundi 27 Mai 2019 à l'hôtel de l'amitié en présidence du ministre  de la Santé et des affaires sociales, Michel Sidibé,  ainsi que son homologue de l'Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique, Mahamadou FAMANTA.

Coordonné par le Professeur Kassoum Kayentao, Maître de Recherche à l'USTTB et directeur adjoint de l'unité Paludisme et Grossesse du MRTC, ce projet PYRAPREG vise essentiellement à mettre en place une nouvelle combinaison thérapeutique pour le traitement du paludisme chez les femmes enceintes. C’est une combinaison qui a déjà fait ses preuves chez les enfants et les adultes non enceintes dans les études du WANECAM 1 présentées il y a quelques mois.

« Ce projet est une initiative de cinq pays africains et leurs partenaires d'Outre mer. Elle témoigne du souci d'accomplir un devoir, celui de relever le défi de la réduction du fardeau du paludisme chez les femmes enceintes », a expliqué le coordinateur du projet Pr Kassoum Kayentao avant de saluer  ses collègues chercheurs et maîtres et surtout le gouvernement du Mali pour son engagement à éradiquer la maladie sur toute l'étendue du territoire national

« La présence des illustres Ministres parmi nous ce matin est la preuve manifeste de la volonté de nos gouvernements de gagner le pari de la réduction de la souffrance des femmes qui demeurent vulnérables au paludisme malgré les multiples efforts consentis. Dans cette perspective, je voudrais, au nom de mes collègues chercheurs du Mali, de la Gambie, de l'Espagne, de la République Démocratique du Congo, des Pays Bas, du Burkina Faso et de la Mozambique et en mon nom propre, remercier particulièrement les différents Ministres ici présents, le Recteur de USTTB, le représentant de l'OMS au Mali, le directeur de PNLP et de tous mes collègues maîtres pour l'intérêt porté au projet », a-t-il ajouté.

Que faut-il retenir du PYRAPREG?

Selon les initiateurs du projet, le projet PYRAPREG constitue une étude scientifique à travers laquelle les essais climatiques seront menés au Burkina Faso, au Mali, en Gambie, en République Démocratique du Congo et au Mozambique. Une étude qui offre une ‘’excellente’’ opportunité pour le renforcement des capacités, le transfert des techniques et les activités de mise en réseau. « L'essai chimique sera conduit selon les normes de bonnes pratiques climatiques (BPC) et de bonnes pratiques de laboratoires (BPL) et il renforcera les capacités locales de recherche dans les institutions impliqués. Les résultats ainsi générés contribueront à l'amélioration de la prise en charge du paludisme pendant la grossesse », a souligné Pr Kassoum Kayentao.

Amadou Kodio / Afrikinfos-Mali