Compte tenu des dangers auxquels font face les Ressources Naturelles en Eau et le manque de résultats fiables des actions entreprises par les différentes structures concernées par la Gestion Intégrée des Ressources en Eau (GIRE), le partenariat National de l'Eau du Mali, avait initié un cadre de concertation entre les différents acteurs. Ce jeudi 16 Mai 2019, un atelier de restitution des résultats a été organisé afin de valider le plan d'action de recommandations. C'était à la maison des aînés.

Il s'agit là des recommandations  issues de la Tournée d'Information et de Sensibilisation des Services Techniques de l'État, des Collectivités et des parlements sur la GIRE. Cette rencontre a regroupé plusieurs structures  concernées, notamment la direction nationale de l'hydraulique, représentée par son directeur national adjoint, Djoouro Bocoum , qui a d'ailleurs présidé les travaux du jour.

Selon le président du Partenariat National de l'Eau du Mali, cet atelier de restitution des résultats issue de la Tournée de GIRE est d'une importance capitale. Car, pour lui, les nombreuses actions initiées jusqu'ici en vue de booster le secteur de l’Eau sont restées muettes. « Cette mission a été motivée par le fait du constat amer que dix ans après l'adoption des plans d'actions, les différents documents de stratégies de politique nationale de l'eau, qui devrait suffisamment préparer le terrain en quelques sortes, pour la mise en œuvre de la GIRE au Mali, il a été constaté qu'il y a eu très peu de progrès. Voila pourquoi, cette activité de tourner de sensibilisation et d'Information tout en impliquant tous les acteurs concernés autour justement des enjeux du programme de la Gestion Intégrée des Ressources en Eau (GIRE) », a expliqué Navon Cissé, président du Partenariat National de l'Eau au Mali.

Le directeur national adjoint de l'hydraulique Djoouro Bocoum  pour sa part a notifié les différents efforts fournis par le gouvernement du Mali en vue de l'avancement de la mise en œuvre de la GIRE même s'il reconnaît qu'il y a encore du chemin à parcourir. « L'eau, c'est la vie. Voila pourquoi, le Mali s'est engagé depuis de nombreuses années à adopter la Gestion Intégrée des Ressources en Eau comme approche stratégique de développement et de résolution des nombreux problèmes rencontrés dans le secteur de l'Eau. C'est dans ce cadre qu'un code de l'Eau, une politique nationale de l'eau et un plan de gestion intégrée des ressources ont été adoptés respectivement en 2002, 2006 et 2008 », a-t-il rappelé.

Selon Bocoum, compte tenu des difficultés (retard) dans l’atteinte des objectifs de développement durable (ODD) pour le secteur de l'eau, c'est-à-dire assurer un accès universel à l'eau potable et la gestion durable de l'eau à l'horizon 2030, le ministère en charge de l'eau à travers la Direction nationale  de l'hydraulique (DNH), s'est engagé à développer de nouvelles orientations conformément aux ODD, notamment l'actualisation des documents de politique et stratégies dont la politique nationale de l'eau assortie de Programme de mise en œuvre dont le Programme National des Gestion Intégrée des Ressources en Eau (GIRE).

Ainsi pour donner un coup d'accélérateur aux ambitions visées, les acteurs vont s'appuyer sur le Programme Conjoint d'Appui à la Gestion Intégrée des Ressources en Eau appelé (PCA GIRE), un programme qui a pour objectif principal : « Renforcer la mise en œuvre de la GIRE aux niveaux local, national et international en appuyant les autorités maliennes et les autres acteurs concernés par l'exécution de la politique nationale en matière d'eau. »

Il faut également noter que le PCA-GIRE bénéficie de l'appui financier des Royaumes des Pays-Bas et de Suède.

Amadou Kodio / Afrikinfos-Mali